Share

Rétro : Man Utd-Chelsea Champion’s League 2008

Cet après-midi, les deux équipes vont lutter pour décrocher le précieux sésame pour la prochaine Champion’s League, l’équipe Zone Mixte revient sur la finale de 2008. Souvenirs.

Par Nicolas Wagner – Twitter: @friulconnection

Le premier tour

En 2008, nous assistons à la 53 ème édition de la compétition européenne. En plus du champion d’Angleterre 2007 (Manchester United), nous retrouvons son dauphin Chelsea. Mais également Liverpool et Arsenal. Chelsea hérite du Groupe B avec Rosenborg, Schalke 04 et Valencia CF. Manchester United est la tête de série du Groupe F avec le Dynamo Kiev, AS Roma et le Sporting Club du Portugal.

Malgré une relative inexpérience à ce niveau, Chelsea termine premier et invaincu de sa poule avec 3V et 3N. United a plus l’habitude des campagnes européennes. Logiquement, ils écrasent le premier tour avec 16 points au compteur sur 18 possibles. C’est aussi l’occasion pour Cristiano Ronaldo d’évoluer contre son club formateur. Un moment d’émotion pour le portugais. D’ailleurs, il est l’unique buteur au Estádio José Alvalade. Lors du match retour, il inscrit le but décisif marqué à la 90+2. Dans le traditionnel Fergie Time.

L’élimination directe

En huitièmes de finale, les deux clubs anglais sont opposés à Lyon (MU) et l’Olympiakos (Chelsea). Les Red Devils passent l’obstacle OL après avoir accroché un bon résultat (1-1) à l’aller. Ils terminent facilement à Old Trafford (1-0). Après avoir concédé le match nul à l’aller (0-0), Chelsea fait le job à Stamford Bridge (3-0) contre les Erythrólefkoi.

En quarts de finale, Man United est opposé à la Roma avec l’avantage de recevoir au retour. La Magica ne fait pas le poids. Elle est balayée à l’Olimpico (0-2) et ne parvient pas à retourner la situation à OT (1-0). Après la Grèce, les Blues continuent de visiter les stades aux ambiances survoltées. Cette fois, c’est Fenerbahçe au programme. Suite à un déplacement compliqué en Turquie ponctuée par une défaite (2-1), les londoniens effacent le Fener non sans mal. Malgré l’ouverture du score précoce de Ballack, il faut attendre la fin du match pour obtenir la qualif. Et c’est Lampard (87′) qui délivre le Bridge.

En demi-finale, Chelsea retrouve un adversaire bien connu avec Liverpool pour un match 100% britannique. Pendant ce temps, Manchester United doit en passer par le Barça. A Anfield, Chelsea est mené grâce à une réalisation de Kuyt. Mais à la 90+4, Riise est poussé à la faute en inscrivant un but contre son camp (1-1). Lors de la deuxième manche, Drogba délivre les siens. Cependant, El Niño Torres égalise et oblige les deux équipes à passer par les prolongations. Rapidement, Chelsea se détache par Lampard et encore Drogba. Un but de Babel fait frisonner les Blues jusqu’à la délivrance finale.

Manchester tient en échec Barcelone au Camp Nou en obtenant un bon nul (0-0). Avec résultat, un seul but des catalans au retour peut être fatal aux mancuniens. Sur une mauvaise relance dans l’axe de Zambrotta, Scholes récupère le ballon et expédie une frappe puissante. Valdes est battu (1-0). Malgré plusieurs occasions franches de chaque côté, notamment par Park, Deco, Nani, Cristiano Ronaldo ou Henry, le score n’évolue plus. Manchester retrouve la dernière marche de cette compétition pour la première fois depuis 1999.

La finale

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Premier-League-2019.jpg.

Manchester United XI : van der Sar; Brown, Ferdinand, Vidić, Evra; Hargreaves, Scholes, Carrick, Cristiano Ronaldo; Rooney, Tévez Remp. : Kuszczak, O’Shea, Silvestre, Anderson, Giggs, Nani, Fletcher Entraîneur : Sir Alex Ferguson

Chelsea XI : Čech; Essien, Carvalho, Terry, A. Cole; Makélélé, Lampard, Ballack; J. Cole, Drogba, Malouda Remp. : Cudicini, Alex, Belletti, Obi Mikel, Chevtchenko, S. Kalou, Anelka Entraîneur : Avram Grant

Cette finale, disputée à Moscou, au stade Loujniki, est l’affrontement entre deux clubs anglais aux ambitions communes (être la meilleure) mais aux parcours diamétralement opposés. United est le meilleur anglais depuis deux décennies. Chelsea, sous l’impulsion de son nouveau propriétaire (Roman Abramovitch) depuis 2003, veut prendre la place de leader en Angleterre. Et pour atteindre son but, l’oligarque russe veut remporter la coupe européenne, symbole de succès ultime. Ce statut de nouveau riche est souvent raillé par les autres supporters : Chelsea est surnommé Chelski.

Comme souvent lors des finales, le début du match est tendu. Un gros contact entre Makélélé et Scholes n’aide pas à faire baisser la tension. D’ailleurs, M. Ľuboš Micheľ avertit l’anglais. Puis, suite à une combinaison sur le côté droit de l’attaque mancunienne, Wes Brown se retrouve en bonne position pour centrer du … gauche. La latéral droit dépose une merveille de centre vers le second poteau. Sans lutter, Ronaldo se défait du marquage de Essien (peu à l’aise à ce poste), s’élève dans le ciel moscovite et envoie une superbe tête au ras du poteau droit de Čech, resté sans réaction.

« Le plus grand moment de ma carrière ? La finale de la Ligue des champions 2008. Cela restera en moi pour toujours. En tant que gardien, tu recherches toujours cette grosse performance, avec un arrêt dont tout le monde se souviendra. » – Edwin van der Sar

Chelsea tente de réagir. Après une astucieuse remise en retrait de Drogba, van der Sar évite un auto-goal de son défenseur pressé par Ballack. Mais Ronaldo martyrise Essien et envoie un caviar pour Tévez. Mais Čech s’oppose magistralement à deux reprises. D’abord en repoussant la tentative de la tête de l’Apache. Puis en écartant le tir de Carrick suite au dégagement dans l’axe, complètement raté de Terry. Manchester domine. Esseulé sur le côté, Rooney tente de servir Tévez. Surpris par le raté de Makélélé devant lui, l’argentin manque sa reprise. Les Blues tentent timidement de réagir. Sur une percée de Lampard, Ferdinand le stoppe irrégulièrement à l’entrée de la surface. Le coup franc de Ballack s’envole juste au dessus de la transversale.

Sur une action confuse, Lampard permet à Chelsea de revenir à égalité avant de retourner aux vestiaires. Un premier tir lointain de Essien est contré par la défense des Red Devils. Le milieu anglais se précipite sur le ballon et profite de la glissade de van der Sar pour tromper le gardien batave. Cette égalisation revigore les londoniens. Ils reviennent mieux dans la partie. Plusieurs occasions sont mal réalisées. Ronaldo tente de se faufiler dans la défense de Chelsea mais rate sa frappe. Drogba, lui, trouve le montant de VDS sur un tir enroulé des 16 mètres. Finalement, le score n’évolue plus. Les deux équipes doivent en passer par les prolongations.

Le dénouement

Chelsea continue de pousser pour arracher la décision. La tentative du gauche de Lampard touche encore du bois. C’est la deuxième fois que le montant empêche Chelsea de prendre l’avantage. Ensuite, c’est un déboulé de Evra qui sème la panique dans la défense des Blues. Son centre en retrait, repris par Giggss est sauvé sur sa ligne par Terry. La tension remonte d’un cran à la 116′ quand Drogba et Vidić se chamaillent. L’Ivorien est expulsé. Tévez est averti pour être venu faire le justicier. En infériorité numérique, Chelsea tient jusqu’à la séance de tir aux buts. Deux grands gardiens ont le sort de la rencontre entre leurs mains. Le néerlandais et le tchèque sont des spécialistes de cet exercice si particulier.

Tévez se présente en premier. Il prend facilement le gardien à contre-pied (1-0). Ballack lui répond en ouvrant son pied (1-1). Carrick convertit sa tentative. Lui aussi avec un contre-pied parfait (2-1). Belletti l’imite à la perfection pour recoller au score (2-2). Ronaldo se présente face à Čech. Le portugais interrompt sa course d’élan et se heurte au Tchèque (2-2). C’est le premier tournant de cette séance. Lampard ne tremble pas malgré le bon plongeon de van der Sar (2-3). Hargreaves loge son tir en pleine lucarne (3-3). La tentative de Ashley Cole est presque sorti par VDS qui touche le ballon mais ne parvient pas à le détourner du cadre (3-4).

« Je ne me remettrai jamais de mon penalty manqué en finale de Champion’s League 2008. » – John Terry

Cette fois, c’est au tour de Čech de faire trembler les supporters mancuniens. Le portier londonien est à deux doigts de sortir la tentative de Nani. Sans succès (4-4). Sous la pluie battante, le capitaine John Terry s’avance vers le point de penalty. Il a la balle de match entre ses pieds. Il s’élance mais son pied d’avance se dérobe, il glisse et sa frappe heurte le poteau. van der Sar était battu (4-4). Maintenant, c’est la mort subite. Le premier à rater est perdant. Anderson transforme en force (5-4). Kalou égalise tranquillement (5-5). Giggs également (6-5 ). Anelka est le septième tireur. Mais sa frappe croisée, à mi-hauteur, est repoussée par un van der Sar bien inspiré. Manchester United décroche son troisième sacre européen. Chelsea devra encore attendre quelques années et investir encore quelques milliards avant d’atteindre le Graal.

Avec ce nouveau sacre en « C1 », Manchester United parvient à retarder les nouvelles ambitions de son adversaire du soir. Grâce aux investissements de Roman Abramovitch, Chelsea est devenu un concurrent direct en Angleterre et sur la scène européenne. Et si Chelsea parvient à ses fins en 2012, le titre continental glané à Moscou est à ce jour le dernier pour United.