Share

Manchester United-Liverpool : une finale de rêve

Si la rencontre de dimanche apparaît comme très déséquilibrée entre les deux meilleurs ennemis du nord-ouest du Royaume, Zone Mixte ouvre la boîte à archives pour évoquer une finale plus serrée. Retour en 1996 pour cette dernière manche de FA Cup. Souvenirs.

Par Nicolas Wagner – Twitter: @friulconnection

Contexte

A l’aube de cette saison 1995/96, la jeune Premier League (4ème édition) est en pleine mutation avec du changement dans le nombre de ses participants. Exit le championnat à 22 équipes, les instances ont décidé de réduite à 20 les concurrents pour la course au titre. En raison de cette nouvelle règle, seulement deux clubs (Bolton et Middlesbrough) ont été promus au lieu des trois habituels. A l’issue de la saison, les Wanderers (derniers) sont dans la charrette des relégués avec QPR et Manchester City.

Le championnant anglais n’est pas encore touché par cette vague massive d’entraîneurs étrangers venus du continent pour diriger les équipes britanniques. Sur vingt techniciens, seulement trois ne sont pas anglais : Bruce Rioch (Arsenal) et Alex Ferguson (Man United) sont écossais et Joe Kinnear (Wimbledon) est irlandais. Nous sommes encore en phase de transition entre l’ancienne First Division et la nouvelle Premier League des années 2000.

« On ne peut rien gagner avec des enfants. » – Alan Hansen, ancien joueur de Liverpool et commentateur sportif, à propos de l’émergence de la classe 92 dans l’effectif de Manchester United suite aux départs de Mark Hughes, Paul Ince et Andreï Kanchelskis.

Après avoir connu des difficultés à mettre ses idées en place dans les premières années de son mandat, Alex Ferguson (en poste depuis 1986) vient de conquérir son troisième titre de champion d’Angleterre (le dixième pour les Red Devils). Un sacre de haute lutte avec la forte concurrence du Newcastle de Kevin Keegan. Malgré une belle avance au classement (+10 au 23 décembre 1995 et même +12 au 04 février 1996), les Magpies manquent l’occasion de remporter leur premier titre depuis 1927 et voient United les coiffer au poteau.

Parcours

Robbie Fowler à Old Trafford pour la demi-finale contre Aston Villa

Avant d’atteindre la finale de cette prestigieuse compétition, les deux équipes ont éliminé plusieurs adversaires. Suivant la formule de la Cup, les clubs des deux plus hautes divisions nationales n’ont fait leur entrée qu’à partir du troisième tour en janvier 1996. Intéressons nous au parcours de Liverpool. Dans un premier temps, les Reds balaient facilement à Anfield Rochdale (7-0) avec des buts de Robbie Fowler, Stan Collymore (3), Ian Rush et le premier but pour Liverpool de Jason McAteer et Shrewsbury Town (0-4) avec des buts de Robbie Fowler, Stan Collymore et Jason McAteer.

Liverpool efface Charlton (2-1) mais se fait peur suite à la réduction de l’écart des visiteurs à la 87′. Au tour suivant, Leeds oblige Liverpool au replay (0-0) mais s’effondre à Anfield (3-0) suite à un doublé de McManaman et une réalisation de Fowler. Le règlement stipule que les demi-finales se dispute sur terrain neutre. L’ironie du sort envoie les Reds à … Old Trafford pour affronter Aston Villa. Comme en championnat, Liverpool atomise les Villans (3-0) et obtient son ticket pour la finale.

« Les choses semblent aller de mieux en mieux pour moi. J’ai signé en début de saison et je suis maintenant en finale de la FA Cup. Je dois me pincer pour croire que ça arrive vraiment. » – Robbie Fowler

De son côté, United débute dans la douleur par un replay à domicile contre Sunderland (2-2) avant de s’imposer chez les Black Cats (1-2). Reading offre moins de résistance (0-3). Le derby mancunien tourne en la faveur de United (2-1). Les Saints de Soton ne font pas le poids (2-0) face à Cantona. Et enfin, la demi-finale contre Chelsea disputée au Villa Park de Birmingham tourne en la faveur des joueurs de Sir Alex avec deux buts en 4′ signés Andy Cole et David Beckham. L’affiche de cette finale de FA Cup 1996 est enfin connue et le casting est lourd.

Finale

Manchester United XI : Schmeichel; Irwin, May, Pallister, P. Neville; Beckham, Keane, Butt, Giggs; Cantona, A. Cole; Remp : G. Neville, Sharpe, Scholes; Entraîneur : Alex Ferguson

Liverpool FC XI : James; Wright, Scales, Babb; McAteer, Redknapp, Barnes, Jones; McManamann; Fowler, Collymore; Remp : Warner, Thomas, Rush; Entraîneur : Roy Evans

Disputée à Wembley, seulement cinq jours après la fin de la saison de Premier League, cette 115 ème finale de FA Cup oppose les deux grands rivaux du pays. En cas de victoire, Manchester peut réaliser un nouveau doublé coupe / championnat comme deux ans auparavant lors de l’édition 1994 de Premier League et de leur succès en Cup face à Chelsea (4-0).

En dépit de la forte opposition entre les deux clubs, le match ne reste pas dans les mémoires par rapport à la qualité du jeu proposé. Eric Cantona et Steve McManaman sont bien pris par leurs gardes du corps respectifs (Butt / Keane vs Barnes / Redknapp). Si Manchester commence fort avant que Liverpool ne se ressaisisse, aucun des deux portiers n’est vraiment mis à contribution pendant la grande majorité de la rencontre.

« Un des plus beaux moments de ma vie. J’avais beaucoup de choses à prouver cette saison. » – Eric Cantona

Alors que les prolongations se dessinent, Cantona enfile le costume de héros de la patrie mancunienne en ouvrant la marque d »une reprise de volée à l’entrée de la surface suite à un corner repoussé par David James dans les pieds du français. Son tir puissant traverse littéralement la forêt de joueurs présents devant les cages. L’ivresse est totale pour Manchester. Grâce à ce but, King Eric assure sa rédemption et un neuvième succès pour United.

De retour de suspension (7 mois) suite à son high-kick sur le holligan de Crystal Palace, Cantona avait déjà marqué à Old Trafford face à Liverpool en championnat plus tôt dans la saison (2-2). Avec ce nouveau but en finale contre l’éternel rival, le marseillais entre un peu plus dans la légende de Manchester.