Share

Ian Wright : l’envol de l’Eagle

Avant de faire les beaux jours de Arsenal, le serial buteur Ian Wright s’est révélé sous les couleurs du voisin londonien de Crystal Palace. Retour sur son début de carrière avec les Eagles.

Par Nicolas Wagner – Twitter: @friulconnection

Des débuts tardifs

Au début des années 80, les apprentis footballeurs ne suivaient pas de parcours pré-formatés comme maintenant. Les centres de formation n’étaient pas très répandus. Avant de signer professionnel avec Crystal Palace en 1985, le buteur a galéré pour se faire remarquer. Troisième fils d’un couple d’immigrants jamaïcains, Ian Wright grandit dans un environnement familial difficile. Dès son plus jeune âge, il doit faire face à l’absence de son père. Élevé par sa mère, Ian est confronté à un beau-père abusif et violent.

Il trouve en son instituteur Sydney Pigden la première image positive masculine de son existence. Doué pour le football, il obtient des tests avec Southend United et Brighton. Mais ils ne sont pas positifs. Recalé, Ian retourne joueur avec des équipes amateurs. L’espoir d’une carrière professionnelle est quasiment au point mort. Et sa situation personnelle ne s’améliore pas. Bien au contraire.

« Il était dur avec ma mère et avec tous les enfants. Et je ne sais pas pourquoi, mais il ne m’a pas particulièrement aimé. » Ian Wright, à propos de son beau-père

Après une période très difficile, où la pauvreté est présente au quotidien, Wright est emprisonné pendant deux semaines pour ne pas avoir payé des amendes relatives à une conduite sans assurance. Pour couronner le tout, sa petite amie attend leur premier enfant (Bradley Wright-Phillips). Dans sa cellule, il éclate en sanglot et jure à Dieu de tout faire pour réussir à devenir professionnel.

Premiers pas

Depuis son adolescence, Ian évolue avec l’équipe de football amateur du dimanche de Ten-em-Bee, au sud de Londres. En 1985, il est prêté à Greenwich Borough évoluant dans la Kent League. Il gagne 30 £ par semaine. Après six matchs, il est repéré par un scout de Crystal Palace sur les recommandations du manager (Billy Smith) de Dulwich Hamlet. Wright est donc invité à passer un essai à Selhurst Park.

Impressionné par ce jeune attaquant de (presque) 22 ans, Steve Coppell ne tergiverse pas longtemps. Un contrat professionnel est proposé et accepté par Ian Wright. Sa carrière va enfin débuter. Pensionnaire de Deuxième Division anglaise, Palace ne regrette pas son choix. Dès sa première saison, le buteur claque à neuf reprises. Sa rapidité, sa vitesse d’exécution et son réalisme devant le but parlent pour lui.

« Les gens disaient : « Vous marquez en deuxième division, mais pouvez-vous le faire en première division ? » Quand j’ai marqué lors du premier match à domicile de la saison contre Manchester United, je me suis rendu compte : « Je suis dans la top ligue. » » – Ian Wright

En 1986, Mark Bright arrive et forme immédiatement un redoutable duo d’attaquants avec Ian Wright. Le futur Gunner et Palace montent en puissance au fil des saisons comme deux lignes parallèles irrésistiblement attirées par les sommets : 9 buts en 1987, 20 buts en 1988 et 24 buts en 1989. Cette année-là, les Eagles arrachent leur promotion pour la First Division à l’issue des Play-Offs.

Révélation

Pour sa première saison parmi l’élite, Ian Wright est handicapé par une grave blessure (double fracture du tibia) intervenue lors d’une rencontre internationale avec l’Angleterre B et qui le laisse éloigné des terrains pendant de longs mois. Palace réussit à se maintenir (15ème) et Wright se distingue lors de son retour sur les pelouses. En finale de Cup contre Manchester United, il entre en tant que Super-Sub et égalise quelques minutes après son apparition sur le terrain.

Sa réalisation oblige les Red Devils à la prolongation. Et il se signale à nouveau en marquant un autre but (2-1) pour donner l’avantage à Palace. Le résultat final (3-3) impose un replay. Mais les londoniens s’inclinent 1-0 et laissent échapper la Cup. Lors de la saison suivante, Ian obtient sa première cape avec les Three Lions. Ses performances avec son club ne passent pas inaperçues. Auteur de quinze buts en trente-huit matchs, il atteint les cent buts avec Palace. Les Londoniens réalisent un exercice exceptionnel.

« Je suis toujours merveilleusement fier de Ian Wright. Il y a un lien entre lui et moi qui ne se brisera jamais. » – Steve Coppell

Troisièmes de la ligue, leur meilleur classement de tous les temps, les Eagles en profitent pour remporter à Wembley contre Everton la Full Members Cup sponsorisée par Zenith Data Systems avec un doublé de Wright à la clé. Les talents de buteur de Ian ne font plus aucun doute comme en témoigne son triplé inscrit en seulement … dix-huit minutes contre Wimbledon lors de son avant-dernier match avec Palace. En septembre 1991, il est recruté par Arsenal pour £2,5M (transfert record à l’époque pour le club) et s’apprête à écrire l’une des plus belles pages de l’histoire des Gunners.

Dans le sud de la capitale, Ian Wright a lancé sa carrière. En un peu plus de six saisons, il est devenu le meilleur buteur du club de l’Après-Guerre et le troisième de tous les temps de Palace. Un passage remarquable et apprécié par les fans à sa juste valeur. En 2005, il est élu dans le XI du siècle et même « Joueur du Siècle ». Une belle reconnaissance pour ce buteur racé et prolifique.