Share

Atalanta, le plus dur est de confirmer

Malgré une défaite en ouverture du championnat face à la Roma, l’Atalanta a néanmoins beaucoup gêné la Louve dans le jeu.  Auteur la saison passée du meilleur classement de son histoire (4ème), Bergame ne pourra plus compter sur l’effet de surprise. Mais avec une préparation estivale tonitruante, le « Gasp » et ses hommes semblent prêts à affronter cette saison palpitante avec l’Europe en bonus, qui les opposera à Lyon. 

Par Nicolas Wagner – Twitter: @friulconnection

Tour d’horizon 

C’était déjà vrai par le passé, ça l’est encore plus de nos jours, quand une équipe comme Bergame réussissait une bonne saison, elle voyait débarquer les recruteurs des cadors italiens venir lui arracher contre monnaie sonnante et trébuchante les meilleurs joueurs de son effectif.

Ainsi l’un des meilleurs buteurs transalpin, après s’être révélé sous l’autre maillot nerazzurro (Capocannoniere avec 24 buts en 33 matches en 1997), est transféré à la Juventus contre un joli chèque de 14,5 M d’euros. Vous l’aurez deviné, il s’agit de « Super Pippo » Inzaghi.

Nous sommes en 2017, et rien n’a vraiment changé, puisque Bergame a vu s’envoler vers d’autres cieux Franck Kessié et Andrea Conti (AC Milan) et a déjà négocié en janvier dernier le départ de Mattia Caldara (Juve) lors de la saison 2018/19. Mais ces départs ont rapporté pas moins de 71 M € (bonus compris).

Malgré tout, les dirigeants ont réussi à conserver Papu Gomez, véritable feu-follet de l’attaque bergamasque et idole locale, auteur d’une saison 2016/17 XXL avec 16 buts en 37 matches.

La qualification directe pour la phase de groupe de l’Europa League a aussi permis de donner une attractivité supplémentaire. Ainsi l’effectif s’est enrichi de nouveaux talents comme Etrit Berisha, gardien albanais de 28 ans, en provenance de la Lazio, qui s’engage définitivement après une saison de prêt, Timothy Castagne, latéral belge de 21 ans, en provenance de Genk (un des plus gros transfert du club : 6M €), José Luis Palomino, défenseur argentin de 27 ans, en provenance de Ludogorets, Josip Ilicic, ailier slovène de 29 ans, en provenance de la Fiorentina, Andreas Cornelius, attaquant danois de 24 ans, en provenance du FC Copenhague, auteur de 18 buts en 43 matches et Riccardo Orsolini, ailier gaucher italien de 20 ans, révélation avec Ascoli, déjà recruté par la Juve et auteur d’un Mondial U20 remarquable (2ème meilleur joueur du Tournoi et meilleur buteur).

D’ailleurs, la préparation estivale a été excellente pour Bergame avec des victoires de prestige contre le BVB de Dortmund, le CF Valence et le Lille de Bielsa.

L’exercice précédent 

Après un début de saison poussif marqué par quatre défaites en cinq journées et une place de 19 ème, Gian Piero Gasperini a su démontrer que ses dirigeants avaient fait le bon choix en misant sur lui.

Technicien d’expérience, le piémontais de 59 ans, a su imposer ses idées. Un mélange de rigueur et solidité défensive (4ème meilleure défense) associé à une volonté offensive de produire du jeu, le tout dans un 3-4-3 où se sont révélés Caldara en défense, Kessié dans l’entrejeu et Gomez en attaque et avec un effectif de 25 ans de moyenne d’âge. Voir un match de l’Atalanta, c’est la garantie d’assister à 90 minutes d’intensité non-stop et de beau jeu.

Avec une série positive de six victoires (dont Naples, Inter, Roma), l’Atalanta s’est positionnée comme un outsider du championnat postulant à une place européenne au terme de la phase aller du championnat.

La phase retour n’a fait que confirmer la très belle place (4ème) obtenu après un résultat nul (1-1) à San Siro face au Milan et malgré la déroute subie face à l’Inter (7-1) qui aurait pu être un coup d’arrêt dans la course à la qualif européenne.

Club formateur

L’Atalanta n’est pas le club le plus réputé de la Botte en terme de palmarès avec seulement une Coupe d’Italie en 1963 mais c’est un club réputé en terme de formation des jeunes footballeurs.

Voici une liste récente et à venir des joueurs issus de la formation lombarde : Mattia Caldara (défenseur international U21), Andrea Conti (latéral international A), Alessandro Bastoni (défenseur international et capitaine U18) et Filippo Melegoni (milieu international U19) mais on peut rajouter les noms plus connus de Riccardo Montolivo, Giampaolo Pazzini, Roberto Donadoni, Manolo Gabbiadini, Giacomo Bonaventura, Alessio Tacchinardini et un certain Simone Padoin.

Les dirigeants investissent dans la formation mais pas uniquement. Les infrastructures font aussi parti intégrante du projet du club.

Aussi, et après un premier investissement de 2,6 M d’euros pour réaménager le terrain en 2015, l’Atalanta voit la mairie de Bergame accepter sa demande d’acquisition du stade et l’officialiser il y a quelques semaines, devenant donc le quatrième club de la péninsule, après la Juventus, l’Udinese et Sassuolo, à être propriétaire de son stade. Le tout contre un chèque de 8,6 M d’euros et un engagement de moderniser le Stadio Atleti Azzurri d’Italia dans les six ans à venir afin de porter la capacité totale de l’enceinte à 25 000 places.

Equipe-surprise de l’exercice précédent, Bergame est à l’aube d’une saison aussi excitante que dangereuse. Excitante car les lombards vont goûter au parfum de l’Europe mais aussi dangereuse car l’effet de surprise est passé et il va falloir gérer plusieurs compétitions de front. Bref, un challenge de taille pour le Gasp et ses hommes mais on n’est pas à une surprise près.