Share
City-United : derby of Manchester

City-United : derby of Manchester

Comme depuis le premier match entre les deux équipes en 1881, Manchester va se diviser en deux. L’espace de 90 minutes, chaque camp va espérer que la ville devienne rouge ou bleue jusqu’à la prochaine opposition prévue en mars 2019. La rédaction de ZoneMixte a choisi de revenir en arrière pour revisiter trois événements récents illustrant l’histoire de ce Derby of Manchester. Rétrospective.

Par Nicolas Wagner – Twitter: @friulconnection

 

 

 

Le but de Wazza

12 février 2011, les Red Devils accueillent leurs voisins Cityzens en solide leader de la Ligue. Le match se dispute sous un beau soleil dans un Old Trafford à son comble. United est bien parti pour récupérer le titre abandonné à Chelsea la saison précédente. Ce sera le quatrième en cinq saisons. Le dix-neuvième de l’histoire pour le club de Sir Alex. Manchester City est dans une position d’outsider. Le club, passé sous pavillon émirati trois ans auparavant, se reconstruit à grand frais mais sans succès pour le moment.

  • Man United : van der Sar; O’Shea, Smalling, Vidic, Evra; Fletcher, Scholes, Anderson; Nani, Rooney, Giggs Entraîneur : Ferguson
  • Man City : Hart; Richards, Kompany, Lescott, Zabaleta; Milner, Y.Touré, Barry, Kolarov; Silva, Tevez Entraîneur : Mancini

Dès le début du match, sur une action parfaitement combinée en une touche de balle entre Touré et Tevez, « l’Apache » décale parfaitement David Silva. Mais l’ancien valencien, seul face à VDS, croise trop sa frappe pour ouvrir le score. Nani répond à l’espagnol en décochant une frappe puissante du gauche. Sa tentative n’est pas cadrée et s’envole au dessus de la transversale de Hart. La rencontre est plaisante. Chaque camp essaie de prendre l’avantage. Les tentatives sont multiples. Finalement, peu avant la pause (41′), Giggs lance parfaitement en profondeur Nani. Le portugais prend de vitesse la défense et bat Hart d’une frappe croisée du gauche.

La seconde période reprend sur le même rythme. City combine pour recoller au score. Ils s’exposent aux contres de United. Après de nouveaux essais infructueux, David Silva permet à son équipe d’égaliser (65′). Son but est extrêmement chanceux. En fait, sur un centre de la droite, Džeko (fraîchement entré en jeu) décoche une frappe en pivot. Son tir (hors cadre) rebondit sur le dos de Silva et trompe van der Sar, impuissant. Comme dans un combat de boxe, les deux formations se rendent coup pour coup. Jusqu’à la 78′.

A ce moment précis, Wayne Rooney nous offre un but extraordinaire. Le ballon est sur le côté droit dans les pieds de Nani. Son centre est parfaitement ajusté. Il trouve dans l’axe, à peu près à la hauteur du point de penalty, le n°10 des Red Devils. Profitant d’une petite glissade de Kompany, qui le laisse libre de tout marquage, il s’élance pour reprendre le ballon d’une reprise en retourné acrobatique. Son tir puissant et précis se loge dans la lucarne gauche de Joe Hart, figé dans la pelouse. Un véritable chef-d’oeuvre. Un but pour l’Éternité. Un but synonyme de victoire pour United (2-1).

Six plus tard, quand Wazza inscrit son 250 ème sous les couleurs rouges de MU, le club reprendra l’image de ce but pour célébrer sa nouvelle légende.

Le 1-6 de 2011

Quelques mois plus tard, pour le compte de la saison 2011/12, les deux rivaux se retrouvent sur la pelouse du « Théâtre des Rêves ». C’est un duel au sommet. En effet, après huit journées, City se présente comme un leader invaincu chez son voisin. United occupe la seconde place. Eux aussi sont invaincus mais ont concédé deux nuls contre Stoke City (1-1) et Liverpool (1-1).

  • Man United : De Gea; Smalling, Ferdinand, Evans, Evra; Nani, Fletcher, Anderson, Young; Rooney, Welbeck Entraîneur : Ferguson
  • Man City : Hart; Richards, Kompany, Lescott, Clichy; Milner, Y.Touré, Barry, Silva; Balotelli, Agüero Entraîneur : Mancini

A l’instar du match précédent, le rythme est encore une fois élevé. Cependant, les Cityzens semblent prendre l’avantage sur les joueurs de United. Le 4-4-2 de Ferguson ne fonctionne pas. Les combinaisons techniques de City débordent rapidement une défense rouge sans réaction. Après un super décalage de Silva sur le côté gauche, Milner centre en retrait vers Balotelli. Le fantasque italien ajuste De Gea d’une reprise au ras du sol et du poteau à l’entrée de la surface pour l’ouverture du score. Non sans humour, il soulève son maillot et laisse apparaître un tee-shirt avec l’inscription : « Why Always Me ? ».

Le match est lancé. Le cauchemar de MU aussi. Les vagues Skyblues déferlent devant le but du portier ibérique. Suite à une astucieuse passe en profondeur de Kun Agüero, Super Mario, encore lui, à la lutte avec Evans, provoque la faute (juste avant la surface) du nord-irlandais, en position de dernier défenseur. L’arbitre n’hésite pas. Carton rouge. L’italien double la mise après un merveilleux enchaînement collectif, initié sur le côté droit et impliquant Richards, Silva et Milner. Le centre de l’anglais trouve Balotelli au second poteau (0-2).

Neuf minutes plus tard (69′), une nouvelle action magnifique se conclut par le but de Agüero. A la baguette, nous retrouvons Yaya Touré. Sa passe entre les lignes trouve Super Mario. L’italien remise en talonnade pour Milner. Le milieu anglais trouve sur le côté Richards. Ce dernier centre parfaitement dans l’axe pour l’argentin. Quatre passes pour une construction et une finition chirurgicale (0-3). Darren Fletcher, après un relais avec Chicharito, sauve l’honneur des siens d’une très belle frappe enroulée (1-3).

Mais le calvaire n’est pas terminé. Et comble de l’ironie, United va sombrer encore plus dans le temps additionnel. Plus communément appelé Fergie Time en Angleterre, suite aux succès arrachés par l’équipe du manager écossais dans ces derniers instants des matches. L’addition va se corser sévèrement. En l’espace de trois minutes, Džeko et David Silva vont s’ajouter au scoresheet. Le bosnien inscrit même un doublé. Sur un corner, De Gea repousse une première tentative de la tête de Barry. Lescott surgit et centre vers l’ancien buteur du VfL Wolfsbourg. Bien placé et complètement isolé au sein de la défense, il marque du genou (1-4).

Puis, sur une nouvelle contre-attaque, Džeko trouve Silva sur la droite. El Chino profite des largesses défensives pour fixer son compatriote et inscrire le cinquième but de près (1-5). Enfin, après un long dégagement de City, Smalling manque sa relance. Silva ne manque pas l’aubaine et envoie Džeko vers le but d’une superbe ouverture en demi-volée entre les défenseurs adversaires. Le Bosanski Dijamant (Diamant bosniaque en VF) résiste au retour de Rio Ferdinand et clôt la marque d’une frappe du gauche (1-6). City avait déjà gagné contre MU sur le même score. C’était en … 1926.

Le 2-3 de 2012

Une nouvelle fois, le derby de Manchester est un duel au sommet entre le champion en titre classé second (City) et l’actuel leader de Premier League (United). Pour cette confrontation entre Mancini et Ferguson, les effectifs ont peu changé depuis le 1-6 évoqué ci-dessus. A l’intersaison, Robin Van Persie a rejoint le nord-ouest de l’Angleterre pour (enfin) gagner un titre après huit saisons infructueuses à Arsenal. Avant ce match, nous sommes quasiment à la mi-championnat (J16) et Manchester City est invaincu.

  • Man City : Hart; Zabaleta, Kompany, Nastasic, Clichy; Silva, Y.Touré, Barry, Nasri; Balotelli, Agüero Entraîneur : Mancini
  • Man United : De Gea; Rafael, Ferdinand, Evans, Evra; Valencia, Carrick, Cleverley, Young; Rooney, Van Persie Entraîneur : Ferguson

Et cette partie va permettre à United de creuser l’écart sur son rival local dans la course au titre. En effet, sur une contre attaque rapide, emmenée par Young, ce dernier après un relais avec RVP, sert Rooney à l’entrée de la surface. Wazza décoche une frappe croisée relativement molle mais parfaitement placée. Après être passée entre les jambes de Barry, elle trompe Joe Hart (0-1). Puis, un peu moins d’un quart plus tard, MU place une superbe attaque placée. Carrick décale Valencia sur la droite. L’équatorien lance Rafael, qui dédouble dans le couloir. Son centre au cordeau trouve Rooney, libre de tout marquage dans la surface. L’anglais ne manque pas l’opportunité (0-2). Avec ce but, il devient le plus jeune joueur à inscrire 150 buts en Premier League. Et avec 11 buts au total, il est le meilleur buteur dans l’Histoire des Derbys de Manchester.

Néanmoins, City est loin d’avoir abdiquer. Malgré deux arrêts de classe mondiale de De Gea pour préserver son but et le score, Yaya Touré reprend le ballon traînant dans la surface pour la réduction de l’écart, offrant une lueur d’espoir pour les siens (1-2). Et cet espoir porte le nom de Zabaleta. Après un corner exécuté par Tevez et (mal) dégagé par la défense de MU, le capitaine des Cityzens, étrangement seul à l’entrée de la surface, décoche une frappe limpide traversant la forêt de joueurs devant le but de l’ancien portier de l’Atletico de Madrid (2-2). Le chrono indique la 86′. Tout est à refaire pour United. Et le sort du match peut basculer dans un sens comme dans l’autre.

Ironie du sort et/ou de l’histoire, Manchester United va l’emporter dans le temps additionnel (90+2). Lors de la défaite 1-6, cette fin de partie avait été très favorable aux Cityzens. Mais Ferguson reprend ses bonnes vieilles habitudes. Et à nouveau, les arrêts de jeu vont redevenir le Fergie Time. Tevez commet une légère faute sur Rafael aux abords de la surface, côté droit de la défense de City. Idéalement placé pour un gaucher. L’arbitre siffle et accorde un ultime coup franc aux Red Devils. Rooney et Van Persie sont autour du ballon. Finalement, RVP s’élance. Il opte pour le côté fermé. Son tir est légèrement dévié par le mur composé de trois joueurs. Joe Hart, qui a anticipé sur son côté ouvert, est battu (2-3). United remportera le titre à l’issue de la saison (20ème). Le dernier en date pour le club. Ce sera également la dernière année pour son mythique coach : Sir Alex Ferguson.

Avant le match de dimanche, United mène largement aux points devant City par 62 victoires contre 45 lors des confrontations passées. Si les formes respectives des deux formations ne sont pas similaires, les différences s’effacent lors d’un derby. C’est un match à part. Ce nouvel épisode de ce duel fratricide opposera également deux techniciens : Guardiola et Mourinho, aux styles de jeu et de management très éloignés. Un beau duel en perspective. Pour conquérir (temporairement) la ville de Manchester.