Share

Cardiff City FC : le maintien encore possible

Quatre ans après leur dernière apparition en Premier League, les Bluebirds ont retrouvé l’élite. Actuellement dans la zone de relégation, Cardiff pourrait rejoindre le Championship dès la fin de cette saison. Cependant, tous les voyants ne sont pas encore au rouge. Les Gallois sont aux coudes à coudes avec Burnley et Southampton. Décryptage. 

Par Nicolas Wagner – Twitter: @friulconnection

 

 

Cette saison

Après une superbe saison en Championship lors de l’exercice précédent, Cardiff a brillamment obtenu son ticket pour la Premier League en terminant dauphin de Wolverhampton (champion avec 99 points). En poste depuis 2016, l’expérimenté Neil Warnock (70 ans) a réussi un superbe travail. Quand il est arrivé sur le banc du Cardiff City Stadium, les Bluebirds pataugent dans les profondeurs du classement. Lors de sa première saison, il redresse l’équipe jusqu’à la douzième position. Puis, il obtient la promotion. Cette saison, il s’est majoritairement appuyé sur le groupe promu. Seulement six renforts (4 transferts et 2 prêts) sont arrivés au Pays de Galles pour renforcer l’effectif.

Cependant, le début de saison n’a pas validé cette politique de recrutement restreinte et à faible coût. Avec six défaites dont cinq consécutives et deux nuls, Cardiff a largement manqué son départ. La première victoire (2-1) n’intervient que le 20 octobre contre un autre promu : Fulham. Mais Cardiff n’arrive pas à enchaîner. Les défaites sont plus importantes que les victoires. D’ailleurs, le bilan à l’intersaison est sans appel avec quatre victoires, trois nuls et déjà douze défaites et une balance de 18 buts pour et 38 buts contre.

« Nous ne coulerons pas sans nous battre. » – Neil Warnock

Lors de la phase retour, Cardiff s’est amélioré. Le club de la capitale galloise a déjà remporté autant de victoires (quatre). Et il reste encore huit journées pour parfaire ce total. Les Bluebirds ont même signé deux victoires consécutives pour la première fois de la saison en s’imposant contre Bournemouth et Southampton. Cependant, les hommes de Warnock n’ont pas réussi à surfer sur cette belle série. Ensuite, ils ont subi trois revers dont un cinglant 1-5 à domicile contre Watford. Les défaillances aussi bien offensives que défensives n’ont pas vraiment été réglées complètement. Le back 4 friable a encore concédé vingt et un buts et la timide attaque n’a scoré qu’à huit reprises.

Un effectif sans star

Comme nous venons de l’évoquer ci-dessous, le groupe de Neil Warnock est essentiellement composé de joueurs déjà présents lors de la saison précédente. Cela représente environ 76% de l’effectif. Et la grande majorité de ces joueurs comme Sol Bamba, Víctor Camarasa, Loïc Damour, Neil Etheridge, Bruno Ecuele Manga, Kadeem Harris, Nathaniel Mendez-Laing, Sean Morrison, Callum Paterson, Lee Peltier, Joe Ralls, Bobby Reid, Alex Smithies, Kenneth Zohore sont novices en Premier League. Il s’agit de leur toute première expérience à ce niveau. Même si certains ont évolué en Ligue 1 ou en Serie A.

« C’est un excellent joueur. Il nous donne un peu plus de classe que d’habitude. Il ne se dérobe pas, l’un de ceux que tu veux à tes côtés. » – Neil Warnock à propos de Víctor Camarasa

Les joueurs composant l’effectif ne sont pas forcément connu du grand public. Il n’y a pas de stars. Parfois, il est possible d’en avoir dans des équipes de standing équivalent. Si nous prenons l’exemple des deux autres promus (Fulham et Wolverhampton), nous trouvons des joueurs clés de grande renommée internationale comme Rui Patrício, João Moutinho, Raúl Jiménez pour les Wolves ou Aleksandar Mitrović, André Schürrle, Luciano Vietto pour les Cottagers. Tous ces éléments sont internationaux pour leur sélection respective. Cependant, les trajectoires des deux équipes sont diamétralement opposées. Malgré son recrutement massif, Fulham est quasiment déjà condamné à un retour en championship. Tandis que Wolverhampton est aux portes d’un ticket européen.

En dépit de ce déficit d’expérience, Neil Warnock essaie de miser sur le collectif et sur le combat. Cardiff est engagé dans une lutte pour sa survie en Premier League. Pour y parvenir, le groupe devra se serrer les coudes. Faire preuve de détermination, de solidarité, de combativité. Des vertus nécessaires pour un mal classé. Même si Cardiff devra batailler avec quatre membres du top 6, le club gallois a encore son destin entre ses mains avec notamment deux déplacements consécutifs cruciaux contre Burnley et Brighton.

La tragédie Sala

Pour régler les problèmes offensifs, Cardiff prospecte pour le poste de N°9. Leur choix se porte sur le buteur argentin de Nantes : Emiliano Sala, auteur de douze réalisations avec les Canaris en Ligue 1. Suite à de longues négociations, Sala s’engage avec le promu gallois. Après avoir signé son contrat, le sud-américain décide de revenir en France saluer ses anciens coéquipiers. Mais lors du trajet retour, le Piper Malibu PA-46 (affrété pour l’occasion) se crashe au large des îles anglo-normandes. Porté disparu, il faut attendre plusieurs jours avant la déchirante confirmation. Cette tragédie endeuille le monde du football dans sa globalité. Une bataille juridique oppose les deux clubs concernant le volet financier du dossier. Bien loin des préoccupations économiques, les deux communautés de supporters rendent un superbe hommage aussi bien à Cardiff qu’à Nantes.

« On ne t’a jamais vu jouer et on ne t’a jamais vu marquer mais Emiliano, notre beau Bluebird, nous t’aimerons pour toujours » – l’hommage des supporters de Cardiff 

À seulement deux points de Burnley avec un match de plus à disputer, Cardiff n’est pas encore condamné à la relégation. Mais Warnock va devoir résoudre une équation à deux inconnues : retrouver la solidité défensive et gagner en efficacité offensive. Le calendrier n’est pas facile avec Chelsea, City, Liverpool ou Man United au programme. Mais les gallois affronteront également des équipes plus abordables dont certains concurrents directs comme Burnley, Brighton, Fulham ou Crystal Palace.