Share
Brighton FC : ça plane pour les Seagulls

Brighton FC : ça plane pour les Seagulls

Pour leur seconde saison consécutive en Premier League, les Seagulls ont atteint leur altitude de croisière et s’envolent vers un nouveau maintien. Analyse. 

Par Nicolas Wagner – Twitter: @friulconnection

Un leader nommé Glenn Murray 

Actuellement treizième avec vingt-six points, les joueurs de Chris Hughton possèdent dix points d’avance sur le premier relégable : Southampton. Une situation confortable. Et comme la saison dernière, le manager irlandais peut compter sur son vétéran de l’attaque : Glenn Murray. Le serial buteur (35 ans) connait bien Brighton. Entre 2007 et 2011, il a déjà porté les couleurs du club.

Mais avant d’arriver à Brighton, Glenn Murray connait un parcours atypique. Après des débuts à Workington, une aventure américaine chez les Hammerheads de Wilmington et un retour au Royaume à Barrow, il démarre sa carrière professionnelle avec Carlisle United (5ème division). En dépit d’une montée en League Two, Murray est prêté à Stockport County puis à Rochdale. Il s’engage définitivement ces derniers. Son sens du but le propulse en League One avec Brighton. Puis en Championship avec Crystal Palace. Il a alors 27 ans. Avec 30 buts en 42 rencontres, il aide les Eagles à atteindre la Premier League.

« Troy (Deeney) et moi avons traversé les divisions et, ne vous méprenez pas, tout le monde aime cette histoire. Il y a beaucoup de talents dans les divisions inférieures avec des joueurs qui peuvent marquer des buts en Premier League. Qui est le meilleur attaquant de Premier League ? Harry Kane. Et il l’a fait. Il était à Tottenham pendant tout ce temps mais il a été d’abord prêté dans les divisions inférieures pour apprendre son métier. » Glenn Murray, interview au Telegraph.

Cependant, le trentenaire n’arrive pas à trouver régulièrement le chemin des filets. Malgré une autre tentative à Bournemouth, il revient à Brighton en championship pour se relancer. C’est une seconde jeunesse. Le puissant attaquant (1M86) devient un élément indispensable. Son profil athlétique, sa faculté à conserver les ballons dos au but, ses projections vers l’avant et son timing dans les duels aériens font de lui un danger permanent pour les défenses malgré une certaine carence technique. Brighton réussit à retrouver la PL après 34 ans d’absence. Et Murray parvient enfin à démontrer, grâce à ses nombreux buts, qu’il a le niveau pour évoluer parmi l’élite.

L’Amex comme forteresse … plus difficile à l’extérieur

Comme la saison dernière, Brighton construit son maintien (pas encore définitif) grâce à de solides performances à l’American Express Stadium. Lors de l’exercice précédent, Albion a terminé 8ème en ne concédant que 4 défaites. Autant que Chelsea. Pour la première réception de la saison, Manchester United est tombé (3-2). West Ham, Wolverhampton, Crystal Palace et Everton ont aussi connu le même sort. Fulham, Leicester et Arsenal ont, eux, dû partager les points. Seuls Tottenham et Chelsea (1-2) sont parvenus à prendre les trois points de leur déplacement sur la côte.

Actuellement septième à domicile, Brighton totalise le même nombre de points que les Spurs de Tottenham (18). Les Seagulls savent gagner par la plus petite des marges. Avec trois victoires sur cinq obtenues sur le score de 1-0, Hughton a réussi à trouver le bon équilibre entre velléité offensive et solidité défensive. Le technicien peut s’appuyer sur Pascal Gross, José Izquierdo ou encore Glenn Murray (cf ci-dessus) pour convertir les occasions. La charnière Duffy / Dunk épaulée par Ryan Matthews dans les buts forment un trio défensif de qualité.

« Nous essayons toujours de nous développer. Nous sommes à un niveau où nous ne pouvons pas vraiment nous permettre de penser vers le haut. Nous devons penser aux équipes en dessous de nous, et essayer d’augmenter l’écart autant que possible. » Chris Hughton

Cependant, Brighton connait plus de difficultés à évoluer hors de ses terres. Avec seulement deux succès enregistrés (contre Huddersfield et Newcastle) en onze rencontres pour un total de dix-huit buts encaissés, le contraste avec les prestations fournies à l’Amex est important. Quinzième à l’extérieur avec seulement huit points, comme Burnley et Soton (deux clubs plus mal classés), Brighton ne parvient pas à développer son jeu. Peu de buts sont inscrits. Et l’équipe connait une porosité défensive. Hughton va devoir remédier à cela rapidement pour ne pas avoir de mauvaises surprises.

Chris Hughton

Arrivé à Brighton dans les bagages du nouveau propriétaire du club (Tony Bloom), Hughton a réalisé un super job à la tête des Seagulls. Depuis sa nomination en 2014 en remplacement de Sami Hyypiä, l’ancien international irlandais (entre 1979 et 1991) a tout d’abord stabilisé le club en évitant une relégation en League One. Puis, à la surprise générale, il échoue de peu à promouvoir l’équipe en Premier League.

Finalement classé à la troisième position à égalité avec Middlesbrough, mais avec différence de buts inférieure de deux buts, Albion échoue en demi-finale de Play-Off  contre Sheffield Wednesday. Ce n’est que partie remise. La saison suivante, Hughton et sa troupe réalisent leur rêve de promotion et atteignent l’élite pour la première fois depuis 1983. Moins de dix ans après son rachat du club, Tony Bloom parvient à concrétiser son ambition de Premier League.

« Si vous m’aviez dit il y a quatre ans, lorsque j’ai accepté le poste, que nous en serions là où nous en sommes maintenant, je ne suis pas sûr que je l’aurais cru. Mais ce qui est bien, dès mon premier jour au club, j’ai reçu un grand soutien. Il est impossible de faire un travail décent sans avoir ce bon soutien derrière soi. » Chris Hughton

Comme nous l’avons évoqué plus haut, Brighton parvient à se maintenir en PL grâce à son très bon parcours à domicile. Hughton possède une solide expérience aussi bien en tant qu’ancien joueur pro à Tottenham, à West Ham ou à Brentford mais également sur le banc. Il effectue plusieurs intérims chez les Spurs ou à Newcastle. Puis devient adjoint du sélectionneur national irlandais entre 2003 et 2005. Avant de voler de ses propres ailes à partir de la saison 2009/10 avec les Magpies. Avant de diriger Brighton, il passe par Birmingham City et Norwich. Hughton n’est pas forcément le manager le plus réputé de l’élite mais le travail fourni plaide grandement en sa faveur.

Lors des deux prochaines journées, Hughton et ses hommes devront faire face au double défi de rencontre Liverpool puis Manchester United. Un sacré challenge. Pour ne pas plonger au classement, il faudra hausser le niveau de jeu et compter sur un Glen Murray de gala.