Share
Atalanta : un leader nommé « Papu »

Atalanta : un leader nommé « Papu »

Depuis la nomination de Gian Piero Gasperini en 2016, la Dea connait une période faste. Quatrième à l’issue de la saison 2016/17, meilleur classement de l’Histoire du club, les Lombards ont également retrouvé l’Europe pour la première fois depuis 1991. Et l’un des joueurs clés de ce renouveau se nomme Alejandro « Papu » Gómez. Décryptage.

Par Nicolas Wagner – Twitter: @friulconnection

 

 

Plus une surprise

La merveilleuse saison 2016/17 ponctuée par cette très belle quatrième place au classement, devant des équipes plus huppées du championnat comme l’Inter ou l’AC Milan, ressemblait beaucoup à un one shot. Pourtant, la Dea a récidivé en confirmant ce renouveau en accrochant une nouvelle fois l’année suivante. Si le classement a été moins glorieux avec une septième position, cela a permis de décrocher une nouvelle qualification européenne pour l’Europa League. Actuellement neuvième du championnat version 2018/19, les joueurs du « Gasp » sont en embuscade à quelques points seulement des tickets continentaux. Branchés sur courant alternatif, ils sont capables de faire des bons résultats comme contre l’Inter (victoire 4-1) ou de moins bons comme contre l’Empoli (défaite 3-2).

«Je veux monter une équipe compétitive pour l’Europe.» Antonio Percassi, président de l’Atalanta

L’Atalanta compte parmi les équipes à prendre au sérieux de l’autre côté des Alpes. Le club peut s’appuyer sur l’un des meilleurs centres de formations du pays. Dernièrement, quelques jeunes talents transalpins ont émergé sous les couleurs bleues et noires bergamasques comme Andrea Conti ou encore Mattia Caldara. Au sein de l’effectif actuel, le jeune Luca Valzania (classe 1996), formé au club, semble être déjà promis à un bel avenir. International italien U21, ce milieu de terrain a obtenu ses premières minutes en Serie A lors du déplacement à la Roma (3-3). Il devrait gagner du temps de jeu au fil de la saison.

Papu Gómez

En plus de son secteur jeune, Gasperini et l’Atalanta peuvent s’appuyer sur un élément du groupe. Un joueur phare. Véritable chouchou du stade Atleti Azzurri d’Italia, l’italo-argentin entame sa cinquième saison à Bergame. Ses performances sur le terrain lui ont permis d’être nommé capitaine de l’équipe. Avec son petit gabarit (1M67 pour 68kg), c’est un véritable feu-follet. Son centre de gravité très bas lui donne une agilité et une qualité de dribble au dessus de la moyenne.

«Maintenant Fekir sait qui je suis» Alejandro Gómez

Aligné sur le flanc gauche de l’attaque ou en soutien des attaquants, Papu Gómez anime le jeu grâce à ses fulgurances. Très rapide, d’une finesse technique et avec une lourde frappe de balle, ses actions offensives font de lui l’atout n°1 de l’attaque de Bergame. Il effectue sa saison la plus accomplie lors de l’exercice 2016/17. Il claque 16 buts mais délivre également 10 passes décisives. Lors de la saison suivante, il marque moins (6 buts) mais continue à distiller des caviars à ses partenaires (10 assists). Depuis le mois d’août dernier, Gómez est le meilleur buteur du club (4 buts) devant le slovène Iličič.

Comme nous venons de le voir, l’argentin est le leader technique de l’équipe et de l’attaque de la Dea. Natif de Buenos Aires, à 15 ans, il intègre les équipes de jeune de l’Arsenal de Sarandí club de la grande banlieue de la capitale. Après trois ans chez les juniors, il débute en 2005 avec les pros. Et il gagne ses galons de titulaire lors du Tournoi d’Ouverture 2006. A l’occasion de la finale aller de la Copa Sudamericana (équivalent de l’Europa League en Amsud) face aux mexicains de l’América, il s’offre un doublé mais surtout le but le plus important de sa jeune carrière pour offrir la victoire à son équipe (2-3). Sarandí s’adjuge le trophée.

Son parcours européen

San Lorenzo de Almagro, l’un des cinq grands du championnat argentin, l’attire dans leur rang. Après une seule et unique saison, il rejoint l’Europe et l’Italie. La Sicile plus précisément. Catania, alors pensionnaire de Serie A, le recrute contre 3M€. Il passe trois ans avec les Éléphants. Son apport offensif est indéniable. Et à l’issue de son meilleur exercice (2012/13 : 36 matches, 8 buts et 7 passes décisives), Gómez rejoint l’Ukraine et le Metalist Kharkiv contre 7M€. L’opportunité de jouer la Champion’s League et la grosse augmentation de salaire (2M€/saison) sont avancées comme motivation. Cependant, malgré une saison honorable, l’expérience à l’Est tourne court en raison de la situation politique difficile du pays. Il demande son transfert. L’Atalanta flaire le bon coup et le rapatrie en Italie.

«Papu Gomez est notre Cristiano Ronaldo.» Gasperini

Papu Gómez connait une progression constante. Après une première année compliquée où le club évite la relégation de peu, avec seulement trois points d’avance sur le premier relégué, le nouveau n°10 de la Dea améliore ses stats. Mais aussi son influence. Il connait son point d’orgue lors de la saison 2016/17. Considéré comme un élément incontournable de l’effectif, les dirigeants de Bergame ont (pour le moment) réussi à repousser les offres pour leur capitaine. Encore sous contrat jusqu’en 2022, il pourrait bien terminer sa carrière en Lombardie.

Confrontée au Napoli de Carlo Ancelotti et de Lorenzo Insigne, l’Atalanta devra montrer son meilleur visage pour espérer un bon résultat. Cela permettrait au club nerazzurro de recoller au classement pour peut-être intégrer la zone européenne. Gasperini espérera aussi une bonne performance collective et individuelle de son capitaine et leader technique : Papu Gómez.