Share
Frosinone : mieux qu’en 2015/16 ?

Frosinone : mieux qu’en 2015/16 ?

Après un premier passage inédit et éphémère en Serie A, le petit club de Frosinone retrouve l’élite deux ans plus tard. Situé à mi-chemin entre Rome et Naples, cette ville du Latium va redécouvrir le plaisir des matches contre les ténors historiques du Calcio. Et cette fois, tous espèrent une fin différente. Tous espèrent rester au plus haut niveau national de la péninsule. Découverte.

Par Nicolas Wagner – Twitter @friulconnection

 

 

Historique

Fondé en 1912 sous le nom de l’Unione Sportiva Frusinate, Frosinone ne connait pas un essor fulgurant. Pendant une décennie, le club n’a qu’une activité sportive sporadique avec une ambition mesurée et locale. Il faut attendre 1923 pour les voir participer au championnat de quatrième division organisé par le comité régional de la FIGC (Federazione Italiana Giuoco Calcio). Puis encore treize années supplémentaires pour atteindre la Serie C lors de la saison 1945/46.

Mais en 1959, Frosinone repart de zéro. Le club est déclaré en faillite pour ne pas avoir payé les frais d’inscription au championnat interrégional. L’Unione Sportiva Frosinone remonte vite les échelons pour arriver en Serie C en 1966. L’équipe vivote entre la Serie D et la C. Mais en 1990, une nouvelle faillite oblige les Giallazzurri à descendre vers les profondeurs des championnats régionaux. Selon les tifosi locaux, et l’ancien président du club, ils doivent leurs ennuis à Antonio Matarrese, ancien dirigeant sportif et homme politique italien (président de la Lega Calcio, de la FIGC). La faillite de Frosinone aurait favorisé Bisceglie, club de la ville de son fief électoral.

Frosinone Calcio reprend le cours de son histoire. Une lente ascension vers la Serie C entrecoupée par plusieurs passages en Serie D. Et ce jusqu’au milieu des années 2000. Cependant, pour la première fois depuis la création du club, près de cent ans auparavant, le club atteint la Serie B lors de la saison 2005/06. L’équipe se stabilise à ce niveau. Même la rétrogradation en Lega Pro en 2011 n’est que temporaire. Les Leoni repartent à l’assaut des sommets. A l’instar de Benevento quelques saisons plus tard, ils obtiennent une double promotion de Serie C en B jusqu’à l’accession historique en Serie A.

Découverte de la Serie A

Sous la direction de Roberto Stellone, ancien joueur du club entre 2009 et 2011, Frosinone découvre donc l’élite. Avec de faibles moyens, l’équipe se renforce en recrutant des joueurs en prêt ou libres dont beaucoup de jeunes, en manque de temps de jeu dans leur équipe d’origine. Une grande majorité de l’effectif n’a jamais évolué à ce niveau. Ces joueurs ont plus l’habitude de frayer en Lega Pro (3ème division). L’expérience manque donc cruellement. Cela va se traduire rapidement sur le terrain.

Lors des quatre premiers matches, Frosinone cumule les revers contre le Torino (1-2), l’Atalanta (2-0), la Roma (0-2) et Bologne (1-0). Le promu est en pleine découverte. Et ils découvrent la zone rouge. Le petit Poucet va pourtant créer la surprise. A l’occasion de la 5ème journée, ils se déplacent au Juventus Stadium pour y affronter le champion en titre. Pourtant, à la surprise générale, les ciociari arrachent un premier point historique (1-1) dans le temps additionnel (90+2) par Leonardo Blanchard.

« Je suis un fervent supporter de la Juventus. En juin dernier (2015 NDLR), j’étais à Berlin pour regarder la finale de la Ligue des Champions et maintenant je marque contre eux. C’est incroyable. » Leonardo Blanchard

La première victoire intervient la journée suivante avec un succès (2-0) contre l’Empoli de Marco Giampaolo. Federico Dionisi claque un doublé. Et malgré des succès contre la Sampdoria (2-0), Carpi (2-1) ou Verona (3-2), l’équipe reste scotchée en fin de peloton. D’ailleurs, l’apprentissage est parfois compliqué. Les Leoni se font corriger à plusieurs reprises. Leur parcours à l’extérieur est particulièrement difficile. Le constat général est sévère. Avec seulement 31 points en 38 matches, 76 buts encaissés contre seulement 35 marqués, une seule victoire en 12 matches entre novembre et janvier. Le conte de fée prend fin après une nouvelle défaite face à Sassuolo (0-1). Frosinone retrouve la Serie B.

Objectif : maintien

Après deux saisons à l’étage inférieur, Frosinone gagne son ticket pour l’élite après avoir remporté les Play-Offs de Serie B contre Palermo. Déjà sur le banc lors de l’exercice précédent, Moreno Longo est confirmé pour mener la destinée du club en Serie A. A la différence de leur première expérience ratée au plus haut niveau national, cette fois Maurizio Stirpe (Président) a renforcé son équipe ligne par ligne avec des joueurs expérimentés, rompus aux joutes de la première division. Ainsi, Lorenzo Crisetig, Edoardo Goldaniga, Emil Hallfreðsson, Cristian Molinaro, Stipe Perica ou encore Marco Sportiello ont tous rejoint le Latium. Sans être des grandes stars du championnat, avec une moyenne de 120 rencontres disputées, toutes ces recrues connaissent bien la Serie A.

Le gros coup de ce mercato reste l’arrivée de Joel Campbell. L’une des révélations de la Coupe du Monde 2014 débarque en Italie. Le Costaricain quitte donc Arsenal, sans jamais avoir réussi à prouver son talent. Prêté aux quatre coins de l’Europe entre 2011 et 2018, Campbell s’est engagé avec le promu dans l’espoir de trouver une certaine stabilité et pour essayer de retrouver son explosivité, sa patte gauche aperçue sur les pelouses brésiliennes lors du tournoi Mondial.

« Le stade a été conçu pour laisser quelque chose au territoire. Il a été fait pour les fans, qui en sont alors les vrais propriétaires. Nous sommes temporairement les administrateurs, les fans restent. » Maurizio Stirpe

Et puis, Frosinone c’est également une affaire de famille. Maurizio Stirpe, président depuis 2003, a tout connu au club. De la Serie C2 à la Serie A. Le club vient d’inaugurer son stade : le Benito Stirpe après deux ans de rénovation. Du nom du père de l’actuel président, Benito Stirpe a dirigé le club dans les années 60. La nouvelle enceinte couverte de 16 125 places est la plus grande de la Région, derrière l’Olimpico et Flaminio à Rome. Et après le Allianz Stadium en 2011 et la Dacia Arena en 2013, le club Giallazzurri devient le troisième club italien à devenir le gestionnaire de son propre stade.

Suite à une lourde défaite inaugurale contre l’Atalanta (4-0) à Bergame, Frosinone a obtenu le nul à domicile (0-0) contre Bologne. Dans le derby régional contre la Lazio, le promu s’est également incliné (1-0). Un début de saison compliqué. Les Leoni espèrent enfin trouver le chemin de la victoire pour lancer leur saison. Et ne pas rééditer le même exercice qu’il y a deux ans. La réception de la Sampdoria est une bonne occasion pour prendre les trois points.