Share
AC Milan : work in progress

AC Milan : work in progress

Finie l’ère chinoise pour l’AC Milan. Cet été, le club lombard est passé sous pavillon US. Et ce n’est pas le seul changement dans l’organigramme. Leonardo et Paolo Maldini reviennent à Casa Milan (siège social). Et Leo s’est rapidement mis au travail. L’objectif est clair. La qualification pour la prochaine Champion’s League. Analyse. 

Par Nicolas Wagner – Twitter @friulconnection

资产负债表 (Bilan) 

Après des mois de tractations, de retournements de situation, l’arrivée de Li Yonghong comme nouveau propriétaire du Milan avait été accueilli avec beaucoup d’enthousiasme par les tifosi rossoneri. En effet, la promesse de lendemains meilleurs après des années de morosité avait mis tout le monde en émoi. Et le mercato XXL, préalable à la saison 2017/18, avait participé à cette vague d’excitation.

Cependant, les (trop ?) nombreuses arrivées : Lucas Biglia, Leonardo Bonucci, Fabio Borini, Hakan Çalhanoğlu, Andrea Conti, Nikola Kalinić, Franck Kessié, Mateo Musacchio, Ricardo Rodríguez et André Silva n’ont pas toutes apporté un plus pour l’équipe. L’exemple le plus marquant à signaler est en attaque. Le rendement décevant des nouveaux attaquants a permis l’éclosion d’un jeune et prometteur buteur formé au club : Patrick Cutrone, révélé lors des tours préliminaires d’Europa League.

« Il a la hargne, il est humble, et il travaille toujours dur. Il sait ce qu’il faut faire pour réussir à ce niveau. La célébrité ne changera pas son état d’esprit. C’est ça, sa force. Il ne pense qu’à deux choses : le club et les buts. Il peut aller très loin. » Filipo Inzaghi, ancien entraîneur de Cutrone chez les jeunes

L’incapacité de trouver la bonne formule est fatale à Vincenzo Montella. Gennaro Gattuso prend la succession de l’Aeroplanino. Rino imprègne l’équipe de sa hargne, de sa rage de vaincre. Il redresse la barre grâce à une série positive de dix matches sans défaite. Battu par la Juve, le Milan marque un long pas d’arrêt de cinq matches sans victoires dont la terrible défaite (0-1) contre le petit poucet Benevento. Finalement, dans le sprint final, son équipe relève la tête (4V et 1N) et sauve les meubles avec une qualification européenne en Europa League (6 ème au classement final). Mais en juin dernier, les Rossoneri subissent les foudres de l’UEFA suite aux violations du Fair-Play Financier. Exclus puis réintégrés suite à leur appel auprès du Tribunal Arbitral du Sport, le Milan participera bien à la compétition européenne.

Bye-bye China. Welcome America

Misant beaucoup (trop) sur une qualification en Champion’s League, très lucrative, et incapable de trouver les 32M€ manquants afin de refinancer la dette de 303M€ auprès de Elliott Management Corporation, Li Yonghong est contraint de leur céder le club. Ainsi, Li Yonghong n’est plus l’actionnaire majoritaire de Rossoneri Sport Inv. Lux. Désormais, c’est Elliot Management Corporation l’unique actionnaire.

« Le leadership et l’expérience de Paolo seront d’une grande utilité pour le club, ainsi que sa passion et son énergie. La nomination d’aujourd’hui est un autre signe de l’engagement d’Elliott à bâtir une base solide pour un succès à long terme. Ce ne sera pas facile et cela prendra du temps, mais nous avons des objectifs ambitieux et l’arrivée de Paolo est un pas important vers le retour du grand Milan. » Paolo Scaroni

En conséquence, tous les anciens administrateurs (Fassone, Mirabelli) sont démis de leur fonction. Paolo Scaroni succède à Li Yonghong en tant que Président. Pour reconstruire l’équipe et atteindre l’objectif de la qualification en Champion’s League, le nouveaux proprios font appel aux glorieux anciens. Leonardo et Paolo Maldini reviennent aux affaires et intègrent l’organigramme en tant que Directeur Sportif et Directeur du développement stratégique du secteur sportif. Le duo est chargé du secteur sportif.

Malgré son inactivité de plusieurs années (2013/2018), excepté son court passage sur le banc de Antalyaspor (environ 2 mois et demi), le Brésilien a conservé tout son réseau et une grande connaissance du marché italien et européen. En seulement quelques semaines de présence, il est nommé le 25 juillet et le mercato italien a clôturé le jeudi 17 août à 20h00, Leonardo a réussi des transactions dont lui seul à le secret.

Un mercato ambitieux

Si les arrivées de Ivan Strinić (indisponible jusqu’à nouvel ordre suite à une hypertrophie cardiaque) et de Pepe Reina (Napoli) et de Alen Halilović (Hambourg) étaient déjà actées, Leonardo n’a pas ménagé sa peine pour renforcer l’équipe mise à disposition de Gattuso. Ainsi, le nouveau DS du Milan s’est plongé dans différents dossiers. Et le premier gros coup de ce mercato est intervenu seulement quelques jours après sa nomination. Mattia Caldara (transfert sec 35M€) et Gonzalo Higuaín (prêt payant avec option d’achat) arrivent de la Juve. Leo Bonucci (35M€) fait le chemin inverse et retourne à Turin, uniquement un an après son départ fracassant. Énorme coup de théâtre. Personne ne s’attendait vraiment à cela.

Bonucci n’a jamais réussi à trouver sa place, ni son niveau turinois dans ce Milan. Il rentre au bercail. Et Caldara (24 ans), recruté pour préparer l’avenir du côté de la Juve, est cédé à un rival. Déçus par Kalinić et André Silva, partis chacun en Liga, les dirigeants milanais ont misé sur une valeur sûre du championnat. Depuis son arrivée en Serie A, le bilan de Pipita est de 111 buts en 178 matches.

« Je connaissais Leonardo avant ça. Il a joué un grand rôle dans mon arrivée. Ses mots m’ont convaincu. Je voyais la confiance dans ses yeux. Il a été une grande source de motivation pour que je vienne ici. Leonardo m’a convaincu. » Gonzalo Higuaín

Les autres recrues se nomment : Tiémoué Bakayoko, Samu Castillejo et Diego Laxalt. Le français est prêté par Chelsea. Le milieu espagnol arrive de Villarreal pour 25M€ complété par le départ en Espagne de Carlos Bacca. Le joueur de couloir uruguayen arrive, lui, du Genoa contre un chèque de 14M€ (+4M€ de bonus). A la différence des deux premiers cités, il connait bien la Serie A. Arrivé en 2013 à … l’Inter; il enchaîne les prêts à Bologne, Empoli et le Genoa où il s’engage définitivement en juillet 2016. Pour conclure ce chapitre mercato, nous notons également les départs de Luca Antonelli, Gustavo Gómez et, un peu plus surprenant, de Manuel Locatelli. Grand espoir, formé au club, il rejoint Sassuolo (prêt payant avec option d’achat) pour obtenir un temps de jeu plus conséquent.

Après une saison 2017/18 mitigée, une passation de pouvoir à la tête du club, un retour des glorieux anciens (en attendant Kaká) et un mercato ambitieux, le Milan version 2018/19 va essayer d’accrocher une qualification en Champion’s League. Un challenge de taille pour Gattuso et son effectif. Le premier match de leur saison contre le Napoli a laissé entrevoir de belles promesses (3-2). Le prochain match, le premier à domicile, face à la Roma est déjà très important pour ne pas partir avec un trop grand handicap au classement.