Share
Coupe du Monde 2018 : les meilleurs Espagnols de Liga

Coupe du Monde 2018 : les meilleurs Espagnols de Liga

A deux jours de l’ouverture de la 21ème édition de la Coupe du Monde, l’équipe de la rédaction de ZoneMixte vous propose une liste des meilleurs Espagnols de Liga, que vous retrouverez bientôt en Russie. Lors de la saison à peine écoulée, tous se sont illustrés, tous ont performé et logiquement tous ont été sélectionné parmi les 23 Bleus.

Par Théophile Rémon

Ce top des internationaux Espagnols évoluant en Liga regroupe des éléments présents dans le Top 4 : Barça, Atlético, Real et Valence. Leur prestation individuelle et collective a suffisamment attiré notre attention tout au long de cette saison pour y figurer. Pour prendre part à notre liste, il faut bien sûr avoir marqué les esprits lors de l’exercice écoulé ET être membre de son équipe nationale.

Andrés Iniesta (FC Barcelone)

Don Iniesta. A 34 ans, celui qui vient de s’engager avec le club Japonais du Vissel Kobe, disputera probablement ces derniers matches avec la Roja en Russie. Épilogue d’une carrière en sélection admirable, avec une Coupe du Monde et deux Euros remportés. Déjà là en 2006, Iniesta va jouer son quatrième Mondial. Des statistiques impressionnantes. Sous le maillot Espagnol, il compte 131 sélections, treize buts et 26 passes décisives. Que ce soit avec le Barça ou avec l’Espagne, quand Iniesta est sur le terrain, c’est tout le jeu de son équipe qui est sublimé. Doté d’une vision de jeu hors-norme, et d’une qualité de passe formidable, Andrés Iniesta aura marquer de son empreinte le football Espagnol pendant plus de dix ans.

Sergio Ramos (Real Madrid)

Capitaine emblématique et charismatique du Real et de l’Espagne, Sergio Ramos est un pilier et fait figure de référence à son poste dans le monde entier. Très complémentaire avec Raphaël Varane dans la défense Madrilène, le joueur de 32 ans aura fort à faire en Russie, où il affrontera son coéquipier Cristiano Ronaldo dès le premier match de poule. Le joueur formé à Séville a encore réalisé une énorme saison avec les Merengues : 42 rencontres, toutes titulaire, pour cinq buts et une passe décisive. Joueur le plus capé de la Roja avec ses 155 sélections (treize buts et six passes décisives), Ramos disputera sa quatrième (et dernière) Coupe du Monde.

Gerard Piqué (FC Barcelone)

On ne le présente plus, le fameux défenseur pro-catalan du Barça est une valeur sûre de la défense centrale de la Roja. De temps en temps critiqué, il n’en reste pas moins un joueur de qualité. Il vient de réaliser une nouvelle fois une grosse saison en Espagne, avec 49 matches disputés, pour quatre buts. A 31 ans, Piqué forme une charnière centrale expérimentée en sélection avec Sergio Ramos (32 ans). Lui qui atteindra la barre des 100 sélections pendant le Mondial (98 actuellement), joue en équipe nationale depuis février 2009. Il s’apprête à disputer sa septième compétition internationale avec son pays, et sa troisième Coupe du Monde. En 2014, la Roja n’avait pas passé la phase de groupes, et Piqué n’avait disputé que le premier match (fameuse défaite 5-1 contre les Pays-Bas). Pour rappel, l’Espagne s’est faite sortir par l’Italie en huitièmes de finale à l’Euro 2016 (2-0).

Jordi Alba (FC Barcelone)

Le latéral gauche Espagnol est un des meilleurs à son poste. Malgré son mètre 70, Jordi Alba compense avec une très bonne vitesse, et énormément de projections offensives. Titulaire indiscutable avec Barcelone depuis son arrivée à l’été 2012 en provenance de Valence, le gaucher enchaîne les saisons de qualité. Pour l’exercice 2017/2018, il a joué 48 matches, pour trois buts et douze passes décisives. Appelé pour la première fois avec la Roja en octobre 2011, Alba compte 62 sélections, huit buts et douze passes décisives. Il s’apprête à disputer sa deuxième Coupe du Monde.

Sergio Busquets (FC Barcelone)

Le joueur de l’ombre du Barça. Le milieu central ne fait jamais de vagues, n’est pas un joueur spectaculaire qui dribble, ou marque des buts, mais son rôle dans le collectif d’une équipe est très important. Chef d’orchestre du Barça, il récupère un nombre de ballon incroyable devant sa surface, puis relance toujours proprement vers ses milieux. Pas étonnant de le voir toujours titulaire en Catalogne, et sans cesse appelé avec la Roja, malgré un vivier énorme de joueurs de qualité. Formé au club, Busquets est impressionnant de régularité. Cette saison, il a encore disputé 50 matches (dont 48 titularisations) pour un but et cinq passes décisives. En sélection, il sera l’un des plus anciens avec ses 102 sélections. Lui qui n’avait plus joué avec la Roja depuis novembre dernier en raison de blessures, a retrouvé la sélection le week-end dernier contre la Tunisie (victoire 1-0).

Diego Costa (Atlético de Madrid)

L’ancien joueur de Chelsea revient de loin. Indispensable la saison dernière avec les Blues et grand artisan du gain de la Premier League, Diego Costa était laissé sur le flan par Conte depuis le début de la saison 2017/2018. Retourné à l’Atlético l’hiver dernier pour se relancer et retrouver les terrains, le joueur de 29 ans a réussi son pari et disputera en Russie sa deuxième Coupe du Monde. En une demi-saison jouée, l’attaquant Espagnol a pris part à 23 matches (dont 20 titulaire), pour sept buts et six passes décisives. C’est notamment lui qui a offert la qualifications aux siens en demi-finale retour de l’Europa League contre Arsenal (1-0). Son bilan est également très honorable avec la Roja : 20 rencontres, sept buts et quatre passes décisives. Lors du dernier match de l’Espagne (victoire 1-0 contre la Tunisie), il a réalisé la passe décisive pour Iago Aspas.

Isco (Real Madrid)

Quel joueur agréable à regarder. Véritable meneur de jeu à l’ancienne, Isco a retrouvé toute sa confiance avec Zidane. Énorme ces dernières saisons avec le club Madrilène, Isco, à seulement 26 ans, a encore de belles pages à écrire. Le joueur formé à Valence a pris les clés de l’attaque Madrilène. Cette saison, il faisait partie des joueurs les plus utilisés par ZZ. 49 matches, neuf buts et dix passes décisives. Capable de jouer dans des petits espaces, il est très technique et a également une excellente frappe de balle. Avec l’Espagne, le numéro 22 compte 28 sélections, pour dix buts et deux passes décisives. Aussi étonnant que cela puisse paraître, Isco, Champion d’Europe U21 en 2013, va disputer sa première compétition internationale avec les A.

Marco Asensio (Real Madrid)

Le joueur formé à Mallorque, à l’instar de Saul Niguez, incarne le futur de la sélection Espagnole. A seulement 22 ans, Asensio a notamment déjà à son actif deux Ligues des Champions, un titre en Liga, deux Coupes du Monde des Clubs, ou encore un Euro U19. Ce joueur est impressionnant par sa facilité et sa maturité sur le terrain. Doté d’un excellent pied gauche, il est capable de marquer par des frappes lointaines, ou en finesse devant le but. Cette saison a été pour lui celle de la confirmation. 53 matches joués, onze buts marqués, et six passes décisives. Son sang-froid dans la zone de vérité est formidable pour son âge. Appelé pour la première fois avec la Roja en mai 2016, il n’avait pas été conservé pour disputer l’Euro en France. Asensio a pris part à tous les matches de l’Espagne depuis octobre dernier.

Koke (Atlético de Madrid)

Patron de l’Atlético Madrid au milieu de terrain, Koke n’a pourtant que 26 ans. Mais son abnégation et sa rage sur le terrain en font déjà un joueur incontournable. Formé dans le club Madrilène, Koke a disputé cette saison 51 rencontres (dont 49 titulaire), pour six buts et sept passes décisives. Avec la Roja, il sera sûrement titulaire en Russie. Appelé depuis août 2013, il avait joué deux matches sur trois en 2014, mais seulement 19 petites minutes à l’Euro 2016. Son impact physique et son côté combatif feront beaucoup de bien à la Roja. Dans un groupe composé du Portugal, du Maroc et de l’Iran, l’Espagne n’aura pas le droit à l’erreur et sera attendue au tournant après deux dernières compétitions internationales ratées.

Daniel Carvajal (Real Madrid)

Sorti en pleurs lors de la finale de la Ligue des Champions sur blessure, Dani Carvajal a bien pensé à un moment devoir dire aurevoir à ses rêves de disputer sa première compétition internationale avec la Roja. Mais le latéral droit du Real a repris l’entrainement ce mardi avec les siens, et sera peut-être remis à temps pour le choc de vendredi contre le Portugal. Excellent sur son côté droit, son absence aurait été un gros préjudice pour l’Espagne. Le joueur formé au Real est un des tous meilleurs à son poste. Cette saison, il a joué 41 matches et a réalisé sept passes décisives. Le joueur de 26 ans, appelé pour la première fois au lendemain de le Coupe du Monde 2014, a longtemps fait les frais de la concurrence de Juanfran à ce poste. Blessé au tendon d’Achille et forfait pour l’Euro 2016, le Madrilène n’a pas été épargné par les blessures.

Saul Niguez (Atlético de Madrid)

Saul Niguez incarne cette nouvelle génération Espagnole. A 23 ans, le milieu central, capable de jouer à gauche comme à droite, monte en puissance. Il a été un grand artisan de l’excellent exercice 2017/2018 des Colchoneros (seconde place en Liga et gain de l’Europa League). Saul Niguez a disputé 56 matches, pour six buts et cinq passes décisives. A un poste très concurrentiel en sélection, il est parvenu à obtenir sa place dans les 23. Appelé pour la première fois après l’Euro 2016, le Madrilène va disputer sa première compétition internationale avec les A Espagnols. Il connaît bien Lopetegui, qui était son entraîneur chez les U20 et U21. Avec l’Espagne, il a déjà remporté l’Euro U19 en 2013. Saul Niguez compte dix sélections (pour une seule titularisation) et une passe décisive.

Nacho (Real Madrid)

Le joueur de 28 ans grappille de plus en plus de temps de jeu avec les Merengues. Capable de jouer aux quatre postes défensifs, il est le premier renfort quand un défenseur titulaire n’est pas apte. Ou lorsque l’entraîneur effectue des rotations d’effectif. Résultat, le joueur formé au Real cumule beaucoup de rencontres. Cette saison : 42 matches (dont 34 titularisations) pour quatre buts. Pas étonnant que Lopetegui ait fait appel à lui avec la Roja. Après avoir effectué son premier match avec l’Espagne en septembre 2013, Nacho n’a plus été convoqué ensuite jusqu’en novembre 2015. Pas sélectionné pour l’Euro 2016, Nacho, qui compte 17 capes, va disputer sa première compétition internationale avec son pays.

Lucas Vazquez (Real Madrid)

La sélection du joueur Madrilène peut soulever des interrogations aux premiers abords. Elle apparaît finalement logique lorsque l’on se penche sur ses statistiques cette saison. 53 rencontres disputées (dont 27 titularisations), pour huit buts et seize passes décisives. La force de Vazquez c’est sa capacité à accepter son rôle de remplaçant, et à garder un état d’esprit intact. Par sa fraîcheur, sa vitesse et sa qualité technique, il peut changer le cours d’un match en rentrant dix minutes. On s’en souvient notamment en quart de finale retour de la Ligue des Champions contre la Juve. Lopetegui a sélectionné Vazquez car il est habitué à ce rôle de doublure. Avec l’Espagne, le joueur de 26 ans, présent lors de l’Euro 2016 (vingt minutes jouées), ne compte que sept sélections. Il a participé aux quatre dernières rencontres de la Roja.

Rodrigo Moreno (Valence FC)

Nous terminons notre liste des meilleurs Espagnols de Liga avec un joueur que l’on connaît un peu moins. L’attaquant du FC Valence Rodrigo Moreno. Auteur d’une excellente saison avec son club, il a été le grand artisan de la quatrième place obtenue en Liga. Rodrigo, 27 ans, avait commencé à se faire un nom lorsqu’il évoluait à Benfica. A Valence depuis l’été 2014, l’attaquant a vraiment explosé cette saison. 44 matches (dont 33 titularisations), 19 buts et sept passes décisives. Avec l’Espagne, il a été préféré à Alvaro Morata, en difficulté à Chelsea. Avec la Roja, Rodrigo cumule six sélections (quatre titulaire), deux buts et une passe décisive. L’attaquant de Valence va disputer sa première compétition internationale.