Share
Wolverhampton FC : la filière portugaise

Wolverhampton FC : la filière portugaise

Fondé en 1877, triple champion d’Angleterre dans les années 50 et quadruple vainqueur de la FA Cup, les Wolves retrouvent la Premier League après six ans d’absence. Racheté en 2016 par le conglomérat chinois Fosun International, Wolverhampton possède les moyens de ses nouvelles ambitions. De plus, le club des West Midlands a une connexion privilégiée avec le super agent Jorge Mendes. En effet, l’arrivée massive de joueurs issus de la péninsule ibérique a permis au club d’écraser le Championship. 

Par Nicolas Wagner– Twitter: @friulconnection

C’est une association inattendue, un mélange hétéroclite entre le soleil portugais et la grisaille des Midlands, entre la bacalhau et la sauce à la menthe. Pourtant, cet attelage improbable est l’une des principales raisons du retour des Wanderers au plus haut niveau national anglais. En tête depuis fin octobre, onze points d’avance sur le troisième au classement final, intraitables au Molineux Stadium et très performants à l’extérieur, Wolverhampton s’est baladé. Retour sur une brillante saison ponctuée par un titre de champion du Championship.

Bem vindo a Wolverhampton

Dès le mercato estival, la présence en coulisses de Jorge Mendes (agent historique de Cristiano Ronaldo) a rapidement permis au club britannique de prendre un fort accent portugais avec la signature de Nuno Espírito Santo. L’arrivée de l’ancien coach de Valencia et Porto sur le banc est un bon coup. En effet, après avoir dirigé deux ténors européens, Nuno possède une belle expérience du haut niveau.

La nouvelle influence lusitanienne s’accentue suite au recrutement, sous la forme de transfert sec ou de prêt, de plusieurs joueurs issus de la péninsule ibérique. Certains sont dans le giron de Mendes comme Rúben Neves, Diogo Jota et Hélder Costa. D’autres comme Alfred N’Diaye, Rafa Mir, Roderick Miranda, Pedro Gonçalves, Rúben Vinagre, Ivan Cavaleiro ou Léo Bonatini arrivent de divers horizons. Mais tous ont évolué soit en Espagne, soit au Portugal, soit dans les deux pays. Comptant pas moins de dix nouveaux éléments, la filière portugaise bouleverse fortement l’effectif des Wanderers.

Tous ces joueurs ont connu des fortunes diverses lors de cette saison :

Les Tops :

  • Léo Bonatini : le buteur brésilien a démontré son adresse devant le but. Avec un total de 14 buts en 43 matches dont 29 titularisations, il a été un atout de poids sur le front de l’attaque.
  • Diogo Jota : prêté par l’Atletico de Madrid, l’attaquant a signé 17 buts en 43 matches. Il est logiquement le meilleur buteur du club. Il devrait retourner dans la capitale espagnole.
  • Rúben Neves : voir ci-dessous

Les Flops :

  • Rafa Mir : débarqué lors du mercato hivernal en provenance de Valence pour retrouver son ancien coach, le jeune attaquant espagnol n’a pas bénéficié de beaucoup de temps de jeu. Les départs conjugués de Bonatini et Jota devraient lui laisser un peu plus d’espace dans l’effectif.
  • Roderick Miranda : titulaire au début de la saison, Roderick  a perdu sa place au profit du trio Boly, Coady et Bennett.
  • Rúben Vinagre : prêté par le club du Rocher, le jeune défenseur a vu ses apparitions diminuer sensiblement au fil de la saison.

Rúben Neves

L’un des symboles de ce mercato, et grand espoir du football lusitanien, Neves était sur les tablettes de nombreuses écuries beaucoup plus prestigieuses que Wolverhampton. Pourtant, et à la surprise générale, il s’engage dans la banlieue de Birmingham contre un chèque de près de 16M£. Une somme énorme pour un club de Championship. D’ailleurs, il s’agit du record d’achat des Wolves et de la ligue.

Comme nous l’avons vu plus haut, le lien unissant le joueur à Jorge Mendes favorise cette arrivée. Formé au FC Porto, ce milieu de terrain défensif de formation a livré des prestations de grande qualité. Travailleur mais n’hésitant pas à se joindre aux offensives de son équipe, il a marqué à six reprises. Brillant avec ses passes lasers traversant les lignes défensives adverses, avec ou sans contrôle, il montre une superbe vision du jeu.

Très mature pour son âge, discret en dehors des terrains, on le compare à son compatriote João Moutinho pour ses qualités de pressing et de distribution. Sa très belle saison en Championship ne passe pas inaperçue. Nominé aux EFL Awards dans la catégorie Meilleur Joueur et Meilleur Jeune de l’année, il prend part au XI de la saison. De plus, son nom revient avec insistance du côté de Liverpool. Rumeurs ou réalité ? L’été sera agité.

Concurrence déloyale ?

La présence de Jorge Mendes à Wolverhampton ne fait pas que des heureux. Certains présidents de clubs concurrents ou rivaux n’hésitent pas à se plaindre auprès de la Ligue. D’après le Telegraph, Aston Villa et Leeds trouvent étrange l’implication du super agent portugais. Ce dernier est plus habitué à gérer les transferts de stars mondiales du ballon rond plutôt que ceux d’un club quelconque de deuxième division anglaise.

Des soupçons de third-party ownership (TPO) déguisés sont évoqués à demi mot. D’ailleurs, l’un des membres de Fosun, groupe propriétaire des Wolves, possède même des parts de la société de Mendes : Gestifute. Pratique autorisée jusqu’en 2015 puis interdite, la TPO consistait à céder une partie des droits économiques d’un joueur à une personne physique, à un ou plusieurs fonds privés comme Doyen Sports ou Media Sport Investment. Cette pratique était très répandue en Amérique du Sud mais également … au Portugal.

Ces soupçons ont fait réagir Jeff Shi, le nouveau chairman du club. Ce dernier n’a pas hésité à s’amuser de la situation :

 » Tout ceci est marrant parce qu’ils ne savent rien sur nous. Je connais toutes les règles de la Ligue, de la FA. La Ligue sait tout sur nos opérations. Chaque document de nos transferts, chaque commission d’agent, tout est inscrit dans leurs archives.  » Extrait d’une interview accordée au Birmingham Mail

Restées lettre morte, ces protestations n’ont pas trouvé d’écho auprès des instances dirigeantes. Les Wanderers, eux, s’apprêtent à vivre une nouvelle aventure. Et un nouveau mercato. Personne ne sait encore si la connexion avec le Portugal va perdurer. Était-ce uniquement un axe de travail temporaire pour permettre une remontée express en Premier League ? Wait and see. Malgré tout, et avec cette superbe saison, Wolverhamton est devenu en quelque sorte une enclave portugaise en Royaume anglais.