Share
Premier League 2017/2018 : l’épilogue

Premier League 2017/2018 : l’épilogue

L’édition 2017/18 de Premier League s’est achevée hier en fin d’après-midi. L’intégralité du verdict a été rendue lors de cette 38 ème journée. Si la couronne de champion était déjà promise à City depuis environ un mois, il restait encore quelques doutes pour les dernières places qualificatives de Champion’s League et d’Europa League. Mais également un léger suspens pour connaître le dernier condamné à la relégation. Retour sur une saison intense et riche en émotions.

Par Nicolas Wagner– Twitter: @friulconnection

Après vous avoir présenté les vingt équipes de la ligue mais également proposé des reportages sur le Community Shield, la Three Lions, le Boxing Day, le match Tottenham-West Ham, les coaches winners / losers, l’absence d’entraîneurs anglais au palmarès depuis 26 ans, le match Fulham-QPR, les Play-Offs du Championship, la rédaction de Zone Mixte vous propose un bilan détaillé de cette 119 ème édition du championnat d’Angleterre.

Le Champion de Premier League

En tête à partir de la 7 ème journée, les Citizens ont dominé de la tête et des épaules cette saison de championnat. Adeptes d’un football offensif, les Skyblues ont brisé quelques records du club en particulier et du foot anglais en général comme le plus grand nombre de buts inscrits (106), le plus de points (100), le plus grand nombre de victoires au total (32) …

Après une saison d’apprentissage, Pep Guardiola s’est adapté aux spécificités du football en Grande Bretagne. Il a donc composé un véritable rouleau compresseur grâce à son impressionnante armada offensive. Mais il s’est également appuyé sur une forteresse défensive. Avec seulement deux défaites au compteur et 27 buts concédés, City a montré de réelles qualités pour préserver la cage d’Ederson. Bref, un beau champion. Éblouissant et complet.

Les Européens

Champion’s League

Manchester United, Tottenham et Liverpool sont les trois autres clubs à décrocher leur ticket pour la prochaine édition de la prestigieuse et lucrative Champion’s League. United aura été le concurrent le plus sérieux pour empêcher l’envolée de leur rival local. Cependant les Red Devils ont parfois laissé échapper des points précieux contre des  » petites  » équipes, notamment face aux promus.

Tottenham a produit une belle saison. Cependant, les Spurs ont trop souvent faibli contre les autres candidats directs à la course au titre et à l’Europe mais aussi parfois contre des équipes plus modestes. Avec une place sur le podium (3 ème), le club du Nord de Londres va pouvoir entrer dans son nouveau stade sereinement.

Malgré quelques soucis défensifs compensés par l’achat de VVD au mercato hivernal et par son quatuor offensif (Coutinho, Firmino, Mané et Salah), Liverpool a réussi à mener deux compétitions de front (championnat et Champion’s League). Malheureusement, la compétition continentale est énergivore et elle a coûté beaucoup de points symbolisés par de nombreux résultats nuls (12).

Europa League

Chelsea, Arsenal, Burnley joueront l’Europa League. Si pour les londoniens cela s’apparente à un échec, le superbe parcours de Burnley permettra au club du Lancashire de retrouver une compétition continentale pour la première fois depuis 1967.

Chelsea a connu une saison mitigée alternant les bons coups comme contre Tottenham à Wembley (1-2) en août ou plus récemment au Bridge contre Liverpool (1-0) et les résultats plus décevants comme contre Crystal Palace (2-1) en octobre ou Bournemouth (0-3) fin janvier. Cependant trop de défaites (10) pour espérer mieux.

Pour la dernière saison de Wenger sur le banc de l’Emirates, Arsenal a fait du … Arsenal. Un exercice avec des hauts et des bas. Mais avec 13 défaites au total, les Gunners comptabilisent le plus haut total de revers du Top 6 et le plus grand nombre de buts concédés (51).

Après 22 ans de bons et loyaux services, Arsène Wenger clôt son aventure britannique avec un palmarès impressionnant de 3 titres de Premier League, 7 FA Cup et 7 Community Shield. En 1235 matches au compteur, il signe 707 succès, 280 nuls et 248 revers. Arsenal rentre dans une nouvelle ère. Une première depuis 1996.

Les Relégués

Swansea, Stoke City et West Bromwich Albion ont connu une saison similaire. Après un retard à l’allumage, les clubs ont connu un (ou plusieurs) changement d’entraineurs. Avec plus ou moins de succès. Alan Pardew a succédé à Tony Pulis. Sans réussite. Darren Moore a pris la relève. D’ailleurs, il a obtenu des résultats intéressants comme lors de la victoire des Baggies à Old Trafford. Un réveil trop tardif pour espérer refaire le coup de la Great Escape de 2004/05.

Le début de saison catastrophique des Swans avait grandement hypothéqué leurs chances de maintien. L’arrivée de Carvalhal à Swansea a laissé entrevoir une lueur d’espoir. Malheureusement, après une excellente période de deux mois entre janvier et mars, le club gallois a rechuté vers les abimes du classement.

Par contre pour Stoke City, le changement de coach sur le banc du bet365 Stadium n’a pas permis la moindre espérance. Avec seulement deux petits succès en 15 matches, Paul Lambert (le successeur de Mark Hughes) n’a pas trouvé la bonne formule. Les Potters retombent donc à l’échelon inférieur.

Les Promus

Wolverhampton et Cardiff City sont les deux premiers heureux élus. A l’heure actuelle, les play-offs du championship n’ont pas encore déterminé le dernier club promu cette saison. Le vainqueur sera l’un des clubs suivants : Aston Villa, Fulham ou Middlesbrough.

Passés sous pavillon chinois, et fortement influencés par le super agent Jorge Mendes, les Wolves ont vraiment dominé la deuxième division anglaise. Ils sont donc de retour en Premier League cinq ans après leur relégation.

Cardiff City accroche la seconde place après avoir vu dans le rétroviseur le retour en boulet de canon de Fulham. Les Bluebirds font leur retour après quatre saisons à l’échelon inférieur.

Meilleur Buteur / Meilleur Joueur

De retour en Angleterre, après un passage très intéressant en Italie, Mohamed Salah a tout simplement pulvérisé le record de buts appartenant à un ancien Red : Ian Rush. Avec 32 buts en 36 matches, l’Égyptien a démontré une régularité et un sens du but implacable. Associé à Firmino et Mané, leur trio a donné beaucoup de sueurs froides à toutes les défenses du Royaume. Tout naturellement, il est désigné Meilleur Joueur de la saison. Arrivé sur les bords de la Mersey pour une somme abordable (35M€), Salah est incontestablement l’un des meilleurs coups réalisé par Liverpool  sur le marché des transferts.

Meilleur Gardien

Le portier espagnol David De Gea a encore démontré son immense talent tout au long de cette saison. Avec 18 clean sheets, il a été infranchissable. Une performance prouvant (si besoin) que DDG est l’un des meilleurs à poste. Le madrilène est également l’initiateur d’actions offensives de son équipe. En effet, premier maillon de la tactique assez rudimentaire parfois employée par José Mourinho lors de certains matches, ses dégagements précis sur Lukaku ont souvent permis de scorer rapidement suite à une déviation du belge dans la course d’un partenaire.

Meilleur Passeur

Le milieu belge a bien souvent été la première étincelle créatrice de l’entrejeu mancunien. Avec 16 assists, Kevin De Bruyne devance au classement ses coéquipiers Leroy Sané (15), David Silva (11) et Sterling (10). Cette stat impressionnante montre bien la diversité du jeu de City. Le danger pouvait venir de partout. KDB a surtout montré un volume de jeu impressionnant. Excellent en attaque mais également en défense, il a régulièrement récupéré les ballons avant de les transformer en offrandes pour ses partenaires offensifs. Un vrai milieu box to box.

Meilleur Entraîneur

Si Guardiola est logiquement nommé Meilleur Entraineur pour sa saison remarquable avec City, les parcours de Sean Dyche avec Burnley, de David Wagner avec Huddersfield, de Chris Hughton avec Brighton, de Rafa Benitez avec Newcastle ou de Roy Hodgson avec Crystal Palace méritent un éclairage particulier.

Favori des bookmakers pour la descente, Burnley s’est hissé jusqu’aux places européennes. Difficiles à manœuvrer, hermétiques défensivement et redoutables en contre-attaque, les Clarets ont déjoué les pronostics. Dyche a réussi une véritable performance.

Les promus Brighton, Huddersfield et Newcastle ont également réussis à conserver leur place parmi l’élite. Les trois coaches ont obtenu le meilleur de leur effectif respectif malgré des budgets limités. Nous noterons la très bonne saison de Pascal Groß (Brighton) et de Aaron Mooy (Huddersfield).

Mention spéciale à Roy Hodgson. L’ancien sélectionneur de la Three Lions sauve les Eagles malgré les sept défaites initiales concédées sous le mandat de Frank de Boer. Palace termine même à une honorable onzième position.

Voilà pour cet épilogue de la saison 2017/18 de Premier League. Toute la rédaction de Zone Mixte espère que vous avez apprécié nos analyses et reportages. Nous vous donnons rendez-vous pour la reprise le 11 août prochain. En attendant, place à la Coupe du Monde en Russie. Stay tuned.