Share
Des nouvelles de Benjamin Stambouli ?

Des nouvelles de Benjamin Stambouli ?

À l’occasion de la 33ème journée de Bundesliga, Schalke 04 se déplace ce samedi sur la pelouse d’Augsburg. Dauphins du Bayern, les coéquipiers de Benjamin Stambouli réalisent une excellente saison et comptent deux points d’avance sur Dortmund à deux journées de la fin. Alors qu’il s’apprête à clôturer sa deuxième saison en Bundesliga, quel bilan peut-on dresser du milieu Français ?

Par Théophile Rémon

Un an à Tottenham, un an au PSG, ça y est, Stambouli semble enfin avoir retrouvé une stabilité à Schalke 04. De là à le comparer avec le Stambouli de Montpellier ?

Schalke 04 : une première année d’adaptation

Arrivé du PSG contre 8 millions d’euros, Stambouli, en manque de temps de jeu avec le club Francilien, tente l’aventure en Allemagne. Cinquième de Bundesliga la saison précédente, Schalke 04 a de l’espoir cette saison et profite de la vente de Leroy Sané (50 millions d’euros), pour recruter. Stambouli arrive en compagnie de Nabil Bentaleb, prêté avec option d’achat à 19 millions d’euros. Egalement Breel Embolo, le Suisse en provenance du FC Bâle, contre 22,5 millions, ou encore Naldo, l’expérimenté défenseur Brésilien. Pour sa première saison, l’ancien Montpelliérain va connaitre des fortunes diverses.

Schalke 04, avec une équipe qui compte pas mal de nouveaux joueurs, va finir dixième de Bundesliga. En coupe, les Bleus Royaux se font éliminer par le Bayern en quarts de finale. Heureusement, le club de la Ruhr réalise un parcours séduisant en Europa League, en se faisant sortir en quarts de finale par l’Ajax en prolongations. D’un point de vu personnel, Benjamin Stambouli, dans un rôle plus défensif qu’au PSG, a disputé l’année dernière 37 matches toutes compétitions confondues, pour 26 titularisations. En Bundesliga, il était le troisième joueur (sur 34) à avoir le plus ciré le banc, derrière le troisième gardien, et l’Ukrainien Konoplyanka.

2017/2018 : la naissance d’un collectif

Comme dans toutes les clubs, une équipe ne se construit pas en une seule saison. À l’image de Schalke, Benjamin Stambouli est monté en puissance. « Je me sens très bien, l’année dernière c’était plus une année d’adaptation. Le championnat est différent, les joueurs sont différents, le style de jeu est différent. Aujourd’hui, j’ai saisi un peu tous les aspects de ce championnat, et puis j’ai réussi à m’imposer petit à petit dans ce championnat ». Pour s’être imposé, il s’est imposé. Cette saison, le joueur a disputé 30 matches, dont 25 titulaires. Il a notamment réalisé deux passes décisives.

Stambouli est devenu un joueur cadre : il est le septième joueur le plus utilisé en Bundesliga avec son club, et le deuxième milieu avec le plus de temps de jeu. Devant Goretzka, Harit ou Meyer. Sans coupe d’Europe cette saison, Schalke a pu se focaliser sur le championnat. Éliminé en demi-finale de la Coupe par Francfort, le club est en revanche en très bonne position pour se qualifier pour la prochaine Ligue des Champions. Cette équipe fait preuve de caractère. On l’a vu cette saison dans le derby contre Dortmund, menés 4-0 à la mi-temps, les Bleus Royaux sont remontés à 4-4. Les joueurs arrivés l’année dernière ont trouvé leur marque.

Parti pour rester ?

« L’année dernière ça a été assez difficile. On a eu un très mauvais départ, avec cinq défaites d’affilées. Ça nous a mis un peu dedans pour le reste de la saison. Aujourd’hui, avec Domenico Tedesco (arrivé l’été dernier), il a apporté beaucoup à ce club, à cette équipe. On a retrouvé une cohésion, l’envie de se battre les uns pour les autres. Et aussi tactiquement, on a beaucoup progressé avec lui. C’est quelqu’un qui connait très très bien le football, et qui a aussi dans la gestion du groupe une certaine aisance ».

Benjamin Stambouli était régulièrement critiqué au PSG pour son manque d’efficacité offensive. Souvent associé à Rabiot, le natif de Marseille avait tout de même disputé quarante matches avec le club Francilien. Pour une passe décisive. Alors les dirigeants Parisiens ont-ils été trop impatients ? À l’image de Schalke 04 l’an passé, le club Allemand souhaitait se séparer du joueur dès sa première saison. Mais dans le football, tout arrive à point à qui sait attendre. Stambouli en est le parfait exemple. À 27 ans, l’ancien Espoir Français a encore le temps de s’imposer.