Share
Brighton FC : un nouvel envol

Brighton FC : un nouvel envol

Une vaste plage de galets, des bâtiments de l’époque Régence, le célèbre Brighton Pier avec ses manèges, ses restaurants et ses salles de jeux, le Royal Pavilion et son style anglo-indien, une vie nocturne pétillante, une scène artistique réputée, de nombreuses boutiques et des festivals font de Brighton l’une des destinations touristiques préférées du Royaume. Après une longue traversée du désert de 34 ans, les touristes peuvent dorénavant même voir des matches de Premier League. En effet depuis cette saison, les  » Seagulls  » (chères à Eric Cantona) évoluent au plus haut niveau national. 

Par Nicolas Wagner– Twitter: @friulconnection

Ce redressement sportif est l’œuvre d’un homme au parcours totalement atypique : Tony Bloom. Le nouveau propriétaire de Brighton a permis au club de prendre son envol jusqu’à l’élite. Avec le maintien quasiment en poche, l’équipe dirigée par Chris Hughton peut se concentrer pleinement sur un sprint final compliqué. Retour sur le parcours de l’Albion.

Tony Bloom

Né en 1970 à Brighton, Anthony Grant « Tony » Bloom est un businessman talentueux. Décrit comme un génie des mathématiques, il aurait fait fortune avec la création de sites de bookmakers et de poker en ligne au début des années 2000. Ex-parieur professionnel, investisseur dans le secteur de l’immobilier, ancien joueur de poker réputé surnommé The Lizard (le Lézard en VF), il est actuellement le propriétaire d’un syndicat de paris : « Starlizard ».

Basé au Royaume-Uni et très réputé auprès des parieurs professionnels, ce cabinet de conseil en paris procède tel un fond d’investissement dédié aux paris sportifs. Utilisant des modèles statistiques complexes pour générer des cotes, plus avantageuses que celles offertes par d’autres bookmakers, Starlizard peut empocher jusqu’à 1M£ sur un seul résultat d’un match de football selon certaines estimations.

Grand fan des Seagulls depuis son enfance, il devient président en 2009. Il perpétue ainsi une tradition familiale. En effet, avant lui, son oncle et son grand-père ont respectivement été Directeur et Vice-Président du club. Après avoir acheté 75% des parts du Brighton and Hove Albion, il investit beaucoup pour moderniser les infrastructures. En 2014, à Lancing, un nouveau nouveau centre d’entraînement sort de terre, impressionnant pour sa modernité et la qualité de ses pelouses. Il injecte également 93 M£ dans le développement d’un nouveau stade : le AMEX Stadium. Depuis son arrivée, environ 300M£ ont été mis sur la table pour aider les finances du club.

Véritable mécène, Bloom est en passe de réussir son pari. L’équipe est en très bonne voie pour continuer l’aventure en Premier League. Elle pourrait même battre son meilleur classement dans la ligue (13 ème). Actuellement à cette même place, il reste encore quatre matches pour améliorer cette stat. On ouvre les paris ?

L’effectif 

Second de Championship, à seulement un petit point du leader Newcastle, Brighton accède à la Premier League. C’est une grande première. En effet, la dernière participation du club au plus haut niveau national date de la saison 1982/83. Et c’était encore la First Division. Ce petit exploit est réalisé par Chris Hughton, ancien international Irlandais (53 sél.) et joueur historique des Spurs de Tottenham entre 1977 et 1990. L’équipe enregistre pas moins de douze renforts lors du mercato estival pour densifier l’effectif. José Izquierdo (ex-FC Bruges), Tim Krul (ex-Newcastle), Davy Pröpper (ex-PSV) ou Mathew Ryan (ex-CF Valence) arrivent sur la South Coast. Sans véritable star dans son effectif, Brighton s’appuie sur un collectif intéressant.

Mais un joueur allemand, peu connu hors de ses frontières, va beaucoup faire parler de lui lors de cette saison. Il s’agit de Pascal Gross. Recruté en provenance d’Ingolstadt, club bavarois relégué en Buli 2 au terme de l’exercice 2016/17, Groß est un milieu axial polyvalent pouvant également jouer en soutien de l’attaquant. Lors de la quatrième journée contre WBA, il entre dans l’Histoire du club en inscrivant le premier but de Brighton de l’ère Premier League. Pour parachever un peu plus ce succès (3-1), il inscrit un doublé et délivre une assist. Un masterpiece. Avec un total de six buts et huit assists en 34 matches, Gross est impliqué dans la moitié des buts marqués par son équipe. Incontestablement, l’un des artisans de la bonne saison des Seagulls.

« C’est énorme. Nous voyons le classement de Premier League et ça a l’air bien, mais dans ce championnat tout le monde a une chance dans chaque match. Nous avons encore des matches difficiles, nous devons donc nous concentrer sur le reste de la saison et espérer que nous pourrons nous maintenir. Pour le moment, ça semble bon mais nous devons encore le faire, finir le travail. » Pascal Groß, déclaration du 23 avril 2018 au journal The Argus

La saison 

Candidat probable à une relégation immédiate, les Sudistes ont su déjouer les pronostics. Redoutables à domicile (8 ème), l’équipe a construit son maintien en prenant un maximum de points au Falmer Stadium. Et heureusement pour eux. Leur parcours à l’extérieur est nettement moins convaincant. Classés à la 18 ème position, Brighton n’enregistre que deux succès (à West Ham et à Swansea) pour le moment.

Après deux défaites inaugurales contre City et Leicester, Albion signe son premier succès lors de la quatrième journée. Le club connait ensuite une bonne période malgré une double confrontation (en PL et en Carabao Cup) perdue face aux voisins de la côte sud : Bournemouth. La pire période du club intervient entre la mi-novembre et la mi-décembre. Avec une spirale négative de sept matches sans victoire (3N et 4D).

Cependant, Brighton arrive à rebondir. Ils stoppent l’hémorragie après trois défaites consécutives. Le bon mois de février avec 3 V et 1 N, ainsi que l’excellent parcours en FA Cup (stoppé uniquement par MU), a fait du bien au moral. Les Seagulls sont à nouveau au ralenti avec une nouvelle phase sans victoire (2N et 3D). Heureusement, le bon point arraché contre les Spurs (1-1) ne peut être que bénéfique pour bien entamer le sprint final.

 » C’est un pas dans la bonne direction, et ce qui m’a le plus enchanté, c’est le caractère que l’équipe a montré et la manière dont elle a ensuite réagi. Nous avons montré une grande qualité dans les domaines où nous en avions besoin. Contre ces grandes équipes, vous devez tout donner, et si vous êtes en dessous de votre meilleur niveau, ils peuvent vraiment vous faire mal. Ils ont tant de qualité, une vitesse et appréciation de l’espace, vous devez être vraiment discipliné, et peut-être qu’en première mi-temps nous leur avons facilité la tâche. » Chris Hughton en conférence d’après-match contre Tottenham.

Un bon test pour la fin du championnat. Et elle s’annonce très intéressante à Brighton. Si le maintien est presque acquis, le calendrier ne joue pas en leur faveur. Trois déplacements (Burnley, City et Liverpool) lors des quatre derniers matches. Albion va devoir se frotter à quatre équipes du Top 7. Sans oublier la réception de Manchester United. Un challenge assez ardu. En espérant pour les fans que le petit matelas de sept points d’avance sur le premier relégable soit suffisant pour rester en Premier League.