Share
Qui es-tu Niko Kovac, futur entraîneur du Bayern ?

Qui es-tu Niko Kovac, futur entraîneur du Bayern ?

Le Bayern Munich a confirmé la semaine dernière que le successeur de Jupp Heynckes serait le Croate Niko Kovac. À 46 ans, l’actuel entraîneur de l’Eintracht Francfort est en train de réaliser une excellente saison. L’ancien milieu défensif international avait notamment joué deux saisons au Bayern Munich, entre 2001 et 2003. Proche de ses joueurs, il va insuffler du sang neuf et apporter un renouveau au club Bavarois.

Par Théophile Rémon

Niko Kovac a commencé sa carrière d’entraîneur (assistant) là où il avait terminé celle de joueur, au RB Salzburg. Les Espoirs Croates, la sélection A, Francfort, et maintenant le Bayern. Décryptage.

Choix par défaut ?

Uli Hoeness, président du Bayern Munich, s’est exprimé sur la nomination récente de Niko Kovac : « Avec Hassan (Salihamidzić, directeur sportif du Bayern), on a essayé pendant très très longtemps de convaincre Jupp Heynckes de rester la saison prochaine. Quand on a réalisé qu’il ne resterait pas, on a commencé à discuter avec Thomas Tuchel qui était libre, mais il nous a dit qu’il avait déjà fait un autre choix. Quelques jours plus tard, on a discuté en interne et on a décidé que notre choix se porterait sur Niko Kovač ».

Bluff ? Technique de communication de la part du Bayern pour pousser l’entraîneur Croate à se surpasser dans ses fonctions ? Nul ne le sait. Quoiqu’il en soit, cette nomination fait passer le jeune entraîneur dans une autre dimension. À l’image de Carlo Ancelotti cette saison, les dirigeants Bavarois seront intransigeants en cas de contre-performance, et ce dès le début de la prochaine saison.

Ses premières expériences d’entraîneur

Ayant arrêté sa carrière de joueur en mai 2009, et après avoir disputé notamment 241 matches de Bundesliga (pour 31 buts et 13 passes décisives) et cumulé 83 sélections avec la Croatie (14 buts et 3 passes décisives) Niko Kovac n’a pas eu le temps de flâner. Il commence directement sa fonction d’entraîneur un mois plus tard, en juin 2009. Le Croate se fait la main avec l’équipe junior du RB Salzburg, qu’il entraîne pendant deux saisons. Pour se familiariser avec le haut niveau, il assiste la saison suivante (2011/2012) Ricardo Moniz à la tête de l’équipe première de Salzburg. L’équipe de la firme de boisson énergisante est Championne d’Autriche, et gagne également la Coupe nationale. Fort de cette expérience, Niko Kovac prend les rennes des Espoirs Croates six mois plus tard, au début de l’année 2013.

Mais son aventure prend fin prématurément lorsque la Fédération Croate fait appel à lui en octobre de cette même année pour diriger l’équipe A. En ancien capitaine respecté de sa sélection, Kovač relève le défi. Premier test : barrages pour le Mondial Brésilien contre l’Islande. Mission accomplie (0-0, 2-0). Au Mondial, la Croatie est dans le groupe A, avec le Brésil, le Cameroun et le Mexique. Malgré un jeu offensif, les Croates se font sortir dès le premier tour avec une victoire et deux défaites. Un peu plus d’un an plus tard, en septembre 2015, Niko Kovač est licencié après des résultats mitigés dans les Éliminatoires à l’Euro 2016 (3ème de son groupe à un point de la Norvège et trois de l’Italie).

L’Eintracht Francfort

Après un break largement mérité, le club Allemand de l’Eintracht Francfort, barragiste suite à sept matches sans victoire, fait appel à ses services en mars 2016. Niko Kovač parvient à maintenir le club in-extremis. L’Eintracht s’impose en barrages contre le FC Nuremberg (1-1, 0-1). La saison dernière, le club monte en puissance. Kovač, par des choix tactiques intéressants et une adaptation aux profils de ses joueurs et aux équipes rencontrées, parvient à hisser le club à une belle onzième place de Bundesliga, devant le Bayer Leverkusen, et à un point seulement derrière Schalke 04. Francfort atteint également la finale de la Coupe d’Allemagne, et s’incline 2-1 contre le Borussia Dortmund. L’entraîneur Croate, en l’espace d’une saison, a ramené l’Eintracht sur le devant de la scène.

Sprint final

Pas étonnant que le Bayern se soit décidé à recruter Niko Kovac. Le Croate, dans la lignée de l’année dernière, réalise une très bonne saison avec son club. Au vu des moyens qu’il a, il arrive à sublimer ses joueurs et à en tirer le meilleur. Actuellement, l’Eintracht Francfort est septième de Bundesliga, à seulement cinq points du Bayer Leverkusen, troisième. Avec 46 points, le club est à égalité avec Hoffenheim, sixième. Partir en laissant le club à une place européenne serait magnifique pour Kovač. De plus, le club de Francfort dispute ce mercredi une demi-finale en Coupe d’Allemagne, contre Schalke. Le Bayern joue ce soir l’autre demi-finale à Leverkusen. Ironie du sort si le Bayern et Francfort s’affronte en finale. Mais nous n’y sommes pas. À l’instar du coach Croate au Bayern, le successeur de Kovač aura fort à faire.

Vers une longue carrière Munichoise ?

Mais Niko Kovac a-t-il suffisamment d’expérience pour entraîner une équipe de la trempe du Bayern Munich ? Va-t-il être capable de gérer l’ego de grands joueurs ? Nul ne le sait. Si on se réfère à son expérience avec la Croatie (Mandzukić, Modric, Rakitic, Perisić, Kovačić,…) rien n’est moins sur. Guardiola (qui a neuf mois de plus que Kovac), au moment de prendre les rennes du Bayern en 2013, avait déjà connu le très haut-niveau avec le Barça. Kovac n’a jamais disputé de Coupes d’Europe en tant qu’entraîneur.

Là où le coach sera bon, c’est dans sa capacité d’adaptation en fonction des joueurs à disposition. Et le Bayern, avec son impressionnant effectif, peut proposer plusieurs systèmes de jeu. Alignera-t-il son 3-4-2-1 porté sur la possession de balle, comme il aime le faire avec l’Eintracht contre des équipes plus modestes ? Niko Kovač aura l’été pour y réfléchir. Après avoir été Champion de Bundesliga et vainqueur de la Coupe d’Allemagne en 2003 en tant que joueur du Bayern, le défi est d’y parvenir cette fois avec le costume d’entraîneur.