Share
L’Eintracht Francfort : parti pour créer la surprise ?

L’Eintracht Francfort : parti pour créer la surprise ?

Décidément la Bundesliga nous réserve bien des surprises. Mise à part l’hégémonie du Bayern Munich, qui compte actuellement 17 points d’avance sur son dauphin Schalke 04, la lutte entre ses poursuivants et loin d’avoir une issue prévisible. Seulement six points séparent les coéquipiers de Goretzka au RB Leipzig, sixième. Parmi ces cinq clubs, un invité surprise s’est convié à la table des candidats à l’Europe : l’Eintracht Francfort.

Par Théophile Rémon

Encore en seconde division il y a six ans, le club est en train de réussir une saison exceptionnelle. Une quatrième place en Bundesliga, un effectif jeune et de qualité, une future demi-finale de Coupe d’Allemagne à jouer dans vingt jours, et deux joueurs Français qui s’éclatent : cette saison 2017/2018 devrait rester dans les annales.

Un passé glorieux

L’Eintracht Francfort fait partie des équipes historiques en Allemagne. Depuis sa remontée dans l’élite lors de la saison 2012/2013, le club a connu des fortunes diverses. Terminant à une superbe sixième place (qualificative pour la Ligue Europa) dès leur accession, l’Eintracht ira même la saison suivante jusqu’en seizièmes de finale de cette Ligue Europa, battu par le FC Porto. Barragiste il y a deux ans, onzième la saison dernière, le club est en train de retrouver son allant passé.

Car oui, cette équipe a connu des heures glorieuses. Finaliste de la Coupe d’Europe des clubs champions (ancêtre de la Ligue des Champions) en 1960, vainqueur de la Coupe de l’UEFA en 1980, Champion d’Allemagne en 1959, quatre fois vainqueur de la Coupe d’Allemagne (dernière fois en 1988), et finaliste la saison dernière, l’ancien club de Kevin Trapp se repose sur un passé glorieux, dont les récents résultats dépoussièrent les ambitions du club.

Un premier trophée depuis vingt ans ?

Car oui, cette saison, l’Eintracht retrouve des couleurs. Intraitables à domicile, Francfort reste sur six victoires consécutives dans son stade ! Sur l’ensemble de la saison, et ses quinze matches devant son public, le club n’a perdu que quatre fois. Dont la dernière en date remonte au 9 décembre dernier, contre le Bayern Munich (0-1). L’Eintracht a cependant du mal en dehors de ses terres, et va devoir rapidement corriger le tir s’il veut accrocher une place européenne cette saison. Sur ses trois derniers déplacements, le club a enregistré trois défaites. Mais comme l’année dernière, le club réalise un très bon parcours en Coupe, et affrontera en demi-finale Schalke 04 (à l’extérieur) le mercredi 18 avril.

Une victoire dans cette compétition pourrait également permettre de participer à l’Europa League la saison prochaine. Le club n’a plus remporté de trophée depuis 1998, et le gain du Championnat de D2. Francfort peut se reposer sur une très bonne arrière-garde. Avec seulement trente buts encaissés, le club possède la deuxième meilleure défense de Bundesliga derrière le Bayern (vingt buts encaissés), et à égalité avec Schalke et Stuttgart. Le prochain match, dimanche, avec ce déplacement au Werder, est une belle opportunité pour mettre un terme à cette série de défaites à l’extérieur.

Un effectif jeune et de qualité

Le club a vu passer dans ses rangs des joueurs de qualité. On pense notamment à Joachim Löw ou Jay-Jay Okocha, pour ne citer qu’eux. Avec un effectif dont l’âge moyen est de 25,5 ans, l’Eintracht Francfort compte des joueurs confirmés et des jeunes talents. Il y a les expérimentes, comme le capitaine Hasebe, international Japonais, le Suisse et ancien Rennais Gelson Fernandes. Egalement, l’international Mexicain Marco Fabián, ou encore le tumultueux Kevin-Prince Boateng. Parmi les investissements sur le futur, le club a notamment opté pour deux Français. Sébastien Haller (23 ans) et Simon Falette (26 ans).

Le premier nommé, meilleur buteur du club avec huit buts, est arrivé en provenance du FC Utrecht cet été. Formé à Auxerre, il est la plus grosse indemnité de transfert de l’Histoire du club (7 millions d’euros). Le second, arrivé également cet été du FC Metz, est le troisième joueur le plus utilisé par Niko Kovac. Devant lui, le gardien de but Hradecky (convoité par le Borussia Dortmund), et Haller. Ajouté à ça, l’arrivée de l’ancien joueur du PSV, l’international Néerlandais de 23 ans Jetro Willems, ainsi que l’éclosion de jeunes déjà présents au club comme le milieu offensif international Serbe Gacinovic, ou le milieu droit Allemand de 22 ans Marius Wof, l’Eintracht Francfort a de très beaux arguments à faire valoir, et ce dans la durée.