Share
Rétro : Mancini / Vialli,  I Gemelli del Gol

Rétro : Mancini / Vialli, I Gemelli del Gol

Cette semaine avec ce papier rétro, l’équipe de la rédaction de ZoneMixte vous ramène quelques années en arrière. Retour dans les années 80 et 90. La Serie A est alors LE championnat majeur en Europe. Beaucoup de stars mondiales y évoluent. De Maradona à Zico en passant par Platini, de Rummenigge à Gullit et Van Basten, la liste est constellée d’étoiles du ballon rond. Malgré les restrictions en vigueur à l’époque (uniquement trois joueurs étrangers y compris les européens), chaque club compte parmi ses rangs des virtuoses. Un duo d’attaquants italiens va alors émerger sur le devant de la scène italienne et européenne. Ces deux joueurs portent la magnifique tunique Blucerchiati de la Sampdoria. Jusqu’alors, le club génois n’a pour unique palmarès qu’un titre de champion … de Serie B (1967). Mais sous leur impulsion, le club ligure va écrire les plus belles pages de son histoire. Retour sur une des associations les plus prolifiques du calcio. Retour sur I Gemelli del Gol.

Par Nicolas Wagner – Twitter: @friulconnection

L’arrivée de Mancio à Gênes

Roberto Mancini a seulement 17 ans quand il débarque en Ligurie à l’aube de la saison 1982/83. Encore adolescent, l’attaquant est prometteur. Il vient de boucler sa première saison pro en prenant part à trente matches de championnat et marquant neuf buts avec son club formateur : Bologna. Son transfert est la volonté d’un homme: Paolo Mantovani. Pour s’assurer les services du jeune espoir transalpin, le président de la Samp n’hésite à débourser quatre milliards de lire plus le passage à Bologne de Stefano BrondiGiancarlo Galdiolo, Antonio Logozzo et Giorgio RoselliMantovani prend le jeune Mancini sous son aile. Une affection particulière, et dépassant le cadre professionnel, unira les deux hommes tout au long des quinze saisons passées sous le maillot génois par l’attaquant originaire des Marches.

Après cinq saisons en Serie B, son plus long passage hors de l’élite, Mantovani est ambitieux pour la Sampdoria. A la tête du club depuis 1979, il souhaite garnir le palmarès famélique de son équipe. Il opte donc pour une politique de recrutement ciblée. Il décide de combiner des jeunes talents italiens encadrés par des joueurs expérimentés. Et dès 1982, des pointures comme Liam Brady en provenance de la Juve et Trevor Francis , double champion d’Europe 1979 et 1980 avec Nottingham Forest, arrivent pour assurer le maintien.

L’association avec Lucagol

Après deux saisons de progression constante (7 ème puis 6 ème), la Sampdoria continue de se renforcer en poursuivant sa politique sportive ciblée. Ivano Bordon, Moreno Mannini, Luca Pellegrini, Fausto Salsano, Graeme Souness, Pietro Vierchowod et donc Gianluca Vialli arrivent tour à tour. Et l’association entre Mancini et Vialli va vite donner des résultats significatifs.

Les deux hommes possèdent un style de jeu différent mais sont complémentaires. Mancini est un fantasista tournant autour de la prima punta : Vialli. Doté d’un sens du dribble développé, Mancio joue un rôle prépondérant dans l’animation offensive de son équipe. Altruiste et très à l’aise techniquement, il choisit bien souvent la solution collective délivrant des caviars plutôt que la solution individuelle, même s’il lui arrive de marquer des buts. Joueur charismatique possédant un caractère bien trempé, il s’impose autant comme un leader technique grâce à ses dribbles déroutants que d’équipe par son influence auprès de ses coéquipiers. Attaquant complet Gianluca Vialli allie la technique, la vitesse, le dynamisme, la force physique, sens tactique élevé et une résistance aux efforts prolongés nécessaires pour effectuer le pressing sur les défenses adverses. Bon finisseur, il améliore encore son efficacité au fil des saisons inscrivant de nombreux buts importants. Spectaculaire, il marque souvent dans dans des positions improbables. Cela lui vaut le surnom Stradivialli, trouvé par le célèbre journaliste italien Gianni Brera.

Pendant huit saisons consécutives, les Jumeaux du but vont faire parler la poudre. Vialli remporte à plusieurs reprises le titre de Capocannoniere de la Coupe (1989 / 1990) et celui de Serie A (1991) grâce aux offrandes de Mancini. Sous leur impulsion, la Samp va franchir un palier. Remportant de nombreux trophées nationaux dont le Scudetto et se hissant sur le toit de l’Europe, les Blucerchiati écrivent les plus belles pages de leur histoire et du calcio.

Un glorieux palmarès 

Dès la première saison du duo, la Samp se classe 4 ème devant le Milan, la Juve, la Roma et le Napoli. Mais ce n’est pas tout. L’équipe remporte pour la première fois de son histoire la Coppa Italia. Face au Milan, et dans une finale disputée sous la formule aller / retour, les Génois gagnent les deux manches (0-1 / 2-1) avec des buts de Souness à San Siro et de Mancini et Vialli au Ferraris.

La saison suivante est assez paradoxale. Décevante en championnat (11 ème), le club se hisse à nouveau jusqu’en finale de la coupe. Mais il doit céder son trophée à la Roma de Pruzzo malgré une victoire à l’aller (2-1 / 0-2).

Pour initier un nouveau cycle, Mantovani engage le technicien yougoslave Vujadin Boškov, ancien joueur du club dans les années 60 et ancien coach du Real Madrid. Souness rentre au bercail en signant pour les RangersHans-Peter Briegel, Gianluca Pagliuca et Toninho Cerezo arrivent. Encore un mix entre jeunesse et expérience. Après une saison 1986/87 encourageante (6 ème), la Samp grimpe au classement (4 ème). Et retrouve le chemin du succès en remportant à nouveau la Coppa 1988. Il s’agit de la troisième finale en quatre ans. Cette fois, les Génois gagnent face au Torino. Dans une finale disputée (2-0 / 1-2) marquée par deux buts contre son camp de Vierchowood et Paganin, le héros s’appelle Salsano. Il arrache la victoire en inscrivant son but en prolongation (112′).

Ils récidivent l’année suivante (1989) en écrasant le Napoli de Maradona (0-1 / 4-0) avec des buts de … Mancini et Vialli. Formé à la CremoneseLucagol évolue à domicile. En effet, le Ferraris étant indisponible, la finale retour a lieu à Crémone. 5 ème du championnat, cette saison est également marquée par l’épopée européenne en Coupe des Coupes. La Samp atteint la finale mais s’incline face au Barça de Cruyff (2-0). Mais ce n’est que partie remise. En effet, dès l’année suivante (1990), le club est sacrée dans la même compétition grâce à un doublé de Vialli (105′, 107′)dans les prolongations face à Anderlecht.

Après plusieurs saisons dans le top 5, la Samp de Boškov parvient enfin à remporter le Scudetto. Lors de la saison 1990/91, les Doriani s’appuient sur une base de joueurs fidèles renforcés par Marco Branca pour le turn-over de Mancini et Vialli et par Oleksiy Mykhaylychenko, international soviétique et pilier du Dynamo Kiev, vainqueur de la Coupe des Coupes en 1986. Ils s’ajoutent donc au palmarès de la Serie A. Il s’agit de l’unique titre de champion d’Italie acquis par le club. Ce sacre vient parachever l’œuvre patiente de construction du président Mantovani. Le groupe formé par ce dirigeant clairvoyant est aussi bien soudé sur qu’à l’extérieur du terrain et capable de battre n’importe qui.

N’importe qui ? Pas vraiment. En cette année 1992, le club atteint son apogée avec la finale de la Coupe des Clubs Champions disputée à Wembley, le temple anglais du football face au Barça de Cruyff composée de joueurs talentueux comme BakeroGuardiola, Michael Laudrup et de l’imprévisible Hristo Stoichkov. La Samp échoue de peu après une finale serrée (0-1 après prolongations). Le coup franc magistral de Ronald Koeman, après une petite combinaison à trois, transperce Pagliuca. C’est la seconde fois que la Samp perd en finale européenne contre les catalans.

Après cette finale, Vialli rejoint la Juve. Mancini poursuit encore cinq saisons avec Gênes. Il ajoute une quatrième coupe d’Italie à son palmarès (1994). En 1997, il rejoint la Lazio après quinze ans de bons et loyaux services. Avec un total de 143 buts à eux deux, trois Coupes d’Italie, un Scudetto, une SuperCoupe d’Italie et une Coupe des Coupes, ce duo a indéniablement marqué l’Histoire de la Sampdoria et de la Serie A.