Share
Swansea City : les Swans ont enfin pris leur envol

Swansea City : les Swans ont enfin pris leur envol

Avec deux succès probants contre deux ténors de la ligue (Liverpool et Arsenal), les Swans ont sorti provisoirement la tête de l’eau. Pour la première fois depuis le 04 novembre 2017, et une défaite contre Brighton, les Gallois quittent le Bottom 3. Un redressement inespéré. En effet, avec seulement trois succès en dix-huit rencontres de PL, l’ancienne équipe de Paul Clement avait tout du condamné en puissance. Et depuis leur accession en Premier League en 2011, un retour en Championship semblait inévitable. Le remplacement de Clement par le technicien portugais Carlos Carvalhal a apporté un nouveau souffle à un effectif en manque de confiance et de réussite. Depuis sa prise de fonction, Swansea n’a connu qu’une seule défaite contre les Spurs (0-2). Et avec déjà trois succès, il a déjà engrangé autant de victoires que son prédécesseur. Mais en seulement cinq matches. Encore en course en FA Cup, Swansea est donc sur une série positive (3V 3N toutes compétitions confondues) nécessaire à sa survie parmi l’élite. Si rien n’est encore joué, Swansea s’est offert le droit d’y croire. Et comme le dit le proverbe l’espoir fait vivre. 

Par Nicolas Wagner – Twitter: @friulconnection

Un mercato réussi financièrement

L’intersaison a été mouvementé au Pays de Galles. Swansea a enregistré les départs de deux joueurs majeurs de l’exercice précédent. Si le bilan global n’avait pas été satisfaisant avec une modeste 15 ème place, la plus mauvaise depuis le retour en PL des Swans en 2011, et trois changements de coaches (Guidolin, Bradley et Clement), les bonnes prestations de ces deux joueurs avaient permis au club de se sauver facilement. Ces joueurs sont Gylfi Sigurðsson et Fernando Llorente. 

L’Islandais a rejoint Everton contre un très gros chèque de 40M£ (+5M£ de bonus). Un record pour les Toffees. Le milieu offensif clôture donc son aventure galloise longue de trois saisons (plus une demi saison en prêt lors de la saison 2011/12) avec un bilan total flatteur de 124 matches pour 34 buts et 29 assists.

A l’instar de son ancien coéquipier nordique, l’attaquant espagnol a quitté Swansea. Il a rejoint une grosse écurie : Tottenham après une seule année au Liberty Stadium. Lors de cette saison, il a produit d’excellentes prestations signant 15 buts en 33 matches. Il a terminé dans le Top 10 des meilleurs buteurs du championnat. Son profil de pivot, efficace de la tête, plait beaucoup en Angleterre. Désiré également par Conte et Chelsea, il s’est finalement engagé avec les Spurs lors du Deadline Day (31/08/17).

Si les dirigeants de Swansea ont rempli les caisses du club avec ces deux mouvements, le choix des remplaçants de Sigurðsson et Llorente n’a pas donné les résultats souhaités.

Mais des départs mal compensés 

Ainsi le milieu espagnol Roque Mesa a débarqué en provenance de Las Palmas. Le natif des Canaries arrive pour la somme de 11M£ et un contrat de quatre ans. C’est sa première expérience à l’étranger. Mais c’est un flop. Les qualités du joueur ne sont pas remises en cause. Cependant, il n’arrive pas à les démontrer sur les terrains du Royaume Uni. Du coup, il alterne les passages sur le banc ou en tribunes et ne totalise que onze apparitions. Lors du mercato hivernal, il reprend le chemin de la Liga. Direction le FC Sevilla pour se refaire une santé.

Autre flop du recrutement, le portugais Renato Sanches suscite les interrogations. Après une ascension fulgurante l’ayant conduit du Benfica au Bayern Munich en passant par un titre de Champion d’Europe avec la sélection portugaise en 2016, le joueur semble éprouver toutes les peines du monde à confirmer toutes les promesses entrevues précédemment. Même si la proximité entre Paul Clement (ancien adjoint de Carlo Ancelotti) et le club allemand pouvait expliquer ce mouvement, son arrivée en prêt au Pays de Galles en avait surpris beaucoup. En effet, malgré une saison moyenne en Bavière, le jeune lusitanien conservait une sérieuse côte auprès des top teams européennes.

Pour compenser le départ de Llorente, les dirigeants ont misé sur le retour d’un ancien top buteur du club : Wilfried Bony. L’ancien fils prodigue a donc fait son retour dans la cité galloise après un séjour passable à Manchester City. Mais l’attaquant ivoirien est loin des stats signées lors de son premier passage sous le maillot blanc des Swans. Avec 2 petits buts en 14 matches (dont 6 comme remplaçant), ses prestations sont loins de celles de son prédécesseur ibérique à la pointe de l’attaque.

Une nomination salutaire ? 

Bien souvent quand une équipe est dans l’impasse, un changement peut être salutaire. Effet psychologique ? Redistribution des cartes au sein de l’effectif ? Nouvelle vision des choses ? Sûrement un peu de tout ça. En tous cas, le board de Swansea a décidé de confier la destinée sportive du club au coach portugais : Carlos Carvalhal. Pour le moment, son bilan est plus que positif. Il a réussi à redonner confiance à une équipe depuis trop longtemps dans la zone rouge en resserrant les boulons en défense et en misant sur l’efficacité offensive.

Depuis sa nomination, Swansea n’a chuté que contre les Spurs (0-2). L’équipe a signé des succès de prestige (1-0) contre Liverpool encore auréolé de sa victoire contre le leader hégémonique cette saison : Man City et qui, un mois auparavant, leur avait passé un cinglant 5-0. Hier soir, ils ont fait chuté les londoniens d’Arsenal en inscrivant pour la première fois de la saison trois buts. 6 points synonymes d’espoir pour Swansea.

Les Swans ont enfin retrouvé une certaine solidité défensive en n’encaissant que 5 buts en 5 matches soit une moyenne d’un but par match. Une sacrée performance pour une équipe ayant la 16 ème pire défense du championnat avec déjà 36 buts encaissés en 25 rencontres. Autre point noir de la saison, l’efficacité offensive. 19 ème attaque de la Ligue avec seulement 18 buts inscrits, les Gallois ne sont pas assez tueurs devant le but. Déjà douze fois, ils sont restés muets. Si Tammy Abraham (prêté par Chelsea) et Jordan Ayew possèdent des stats correctes avec respectivement 4 et 5 buts, Wilfried Bony doit progresser pour faire trembler les filets plus régulièrement. Le maintien passe par une meilleure efficacité défensive et offensive.

Pour mener à bien sa mission, Carvalhal pourra compter sur des valeurs sûres ou des révélations de son effectif. Joueur d’expérience, le portier polonais Lukazs Fabianski de 32 ans est en passe de boucler sa dixième saison en Angleterre. Avec 96 arrêts depuis le début du championnat, il est en tête du classement des parades loin devant Pickford (81) et De Gea (80). Une des révélations de la saison se nomme Alfie Mawson. Le défenseur anglais de 24 ans, international U21, est en net progrès depuis son arrivée en 2016 en provenance de Barnsley (alors en League One). Son adaptation au plus haut niveau est vraiment intéressante. En effet, avant de rejoindre le Pays de Galles, Mawson n’avait jamais évolué en PL. Suivi par de nombreux clubs dont les londoniens de Watford et West Ham, son transfert risque d’être l’opportunité d’une nouvelle plus-value pour le club qui avait déboursé 5,5M£ pour s’offrir ses services.

Les succès contre Liverpool et Arsenal ont reboosté une équipe qui semblait se destiner à une relégation inéluctable. Il reste treize matches pour assurer le maintien. Lors des prochaines rencontres, Swansea sera opposé à bon nombre de candidats directs au Bottom 3 comme Brighton, Huddersfield, Southampton, West Bromwich Albion ou encore Stoke City. La balle est dans leur camp. Et ce serait une sacrée perf.