Share
Boxing Day : une tradition soooo British (Part 1)

Boxing Day : une tradition soooo British (Part 1)

A l’occasion du traditionnel Boxing Day, l’équipe de la rédaction de ZoneMixte vous propose un zoom en deux parties sur ce rendez-vous incontournable pour bon nombre de britanniques. Pour cette première partie, nous allons vous montrer l’aspect festif et historique du Boxing Day. Un moment à part, convivial et bien souvent partagé en famille qui donne à ces rencontres une atmosphère inégalée dans le monde du football. Let’s go !

Par Nicolas Wagner – Twitter: @friulconnection

La tradition

Alors que beaucoup de championnats européens font relâche lors de la période des fêtes de fin d’année, la Premier League (jusqu’à la League Two) ne s’arrête pas. Pire, l’enchaînement des matches est le plus intense de la saison avec pas moins de quatre matches en à peine douze jours, avec parfois seulement un seul jour de récupération entre deux rencontres.

Durant cette période, le jour le plus important pour de très nombreuses familles anglaises est le Boxing Day. Ce jour férié en Angleterre offre un rendez-vous incontournable de la saison. C’est l’occasion de se rendre au stade en famille. Véritable succès populaire, le taux de remplissage des enceintes anglaises avoisine les 95-100 % tous les ans. Arrivant tout de suite au lendemain de Noël, le Boxing Day est devenu le coup d’envoi des soldes d’hiver en Grande-Bretagne depuis 25 ans. Nous pouvons le comparer au Black Friday américain. 

Difficile de savoir exactement à quand réellement remontent les origines du Boxing Day. Cependant, il existe plusieurs théories :

  • Religieuse : le 26 décembre est le jour de la saint Etienne, premier martyr chrétien, choisi par les Apôtres pour distribuer l’aumône aux pauvres. En conséquence, dès le XVème siècle, une boîte à offrandes était installée dans les églises le jour de Noël. Son contenu était distribué aux pauvres le lendemain.
  • Historique : une autre hypothèse place les origines du Boxing Day également au XVème siècle. Néanmoins, il n’est plus question de religion. Mais de superstition. D’après certains, pour conjurer le (mauvais) sort, de nombreux marins apportaient une boîte à bord dans laquelle ils déposaient de l’argent en signe de protection lors des premières grandes expéditions maritimes. Scellée jusqu’à leur retour, elle était remise au prêtre du village du marin pour qu’il la distribue aux plus démunis. Mais uniquement si, par chance, ils revenaient sains et saufs de leurs périples.
  • Populaire : D’autres pensent que le Boxing Day est né au XIXème siècle. Ainsi, les aristocrates disposant de personnel de maison leur permettaient de prendre congé le lendemain de Noël afin de profiter de leur famille et amis. Et avant de partir, le maître de maison leur offre une boîte remplie de présents et de nourriture, la plupart du temps, les restes du repas de Noël.

Le football

Côté sportif, la tradition Boxing day date du 26 décembre 1860. En effet, ce jour là, le doyen des clubs anglais : Sheffield United créé en 1857 affronte l’autre club de la ville : le Hallam F.C (fondé en 1860). Ce match fait référence encore aujourd’hui pour être le premier derby de l’histoire du foot et le tout premier match interclubs.

Le football a ensuite pris de l’essor. Les clubs se sont multipliés au fil des années. Et le Boxing Day s’installe progressivement dans le paysage du football britannique. Dans les années 60, ce rendez-vous devient institutionnel. Et comme souvent, la clé de la réussite de ces matches si particulier est le spectacle. Ainsi, lors de l’édition de 1963, 66 buts rythment les dix matches de Division One (ancienne version de la Premier League) programmés ce jour. Les scores fleuves sont légions. Nous pouvons noter le cinglant 6-1 subi par Manchester United sur la pelouse de Burnley, la victoire sur le même score de Liverpool face à Stoke ou encore l’humiliation de West Ham défait au Boleyn Ground 8-3 par les Rovers de Blackburn. Mais le festival offensif ne se limite pas à l’élite. Lors des 39 matches disputés dans les échelons inférieurs, le total de 157 buts est atteint. Soit une moyenne affolante de 4 buts par match.

Certains matches ont également contribué à la légende de ce jour si particulier. En effet, lors de même journée du 26 décembre 1963, un événement s’est produit sur le terrain de Craven Cottage. Fulham, quatrième moins bonne attaque de la saison 1963-64, atomise Ipswich Town (10-1), pire défense de la ligue. Mais hasard du calendrier, la revanche entre les deux équipes a lieu deux jours plus tard, le 28 décembre 1963. Et la magie du Boxing Day est retombée pour les Cottagers. Fulham s’incline 4-2 à Ipswish. Le Boxing Day rentre un peu dans l’imaginaire collectif, dans la légende et devient alors le jour où tout est possible.