Share
Wayne Rooney : de retour dans le Théâtre des Rêves

Wayne Rooney : de retour dans le Théâtre des Rêves

Un peu plus de deux mois après l’officialisation de son départ de Manchester United, l’ex-international anglais est déjà de retour dans son ancien jardin : Old Trafford. Un accueil spécial lui sera forcément réservé. Les fans anglais savent se montrer reconnaissants envers leurs anciennes gloires. Après treize ans passé sous la tunique des Red Devils, « Wazza » revient avec celle de son club formateur : Everton. Arrivé à l’âge de 18 ans, au sortir de l’adolescence, avec l’étiquette de futur grand, il est devenu une Légende. Et de quelle manière ! Avec un immense palmarès*, le meilleur buteur de l’Histoire du club (253 buts) a marqué United de son empreinte. Retour sur 10 dates clés de ses années mancuniennes. 

Par Nicolas Wagner – Twitter: @friulconnection

28 septembre 2004 : 

Arrivé en provenance de son club formateur contre une indemnité de 31M€, le jeune attaquant doit attendre le 28 septembre 2004 pour faire ses grands débuts sous son nouveau maillot. Titularisé par Sir Alex lors d’une rencontre de Champion’s League à domicile les opposant à Fenerbahce (6-2), sans pression malgré le prix de son transfert, Rooney sort une rencontre XXL. Un hat-trick (et une passe décisive) plus tard et il devient le plus jeune joueur de la compétition à réussir cette performance à l’âge de 18 ans et 335 jours. What a start !!!

24 octobre 2004 : 

Son premier but en championnat arrive en ce dimanche d’octobre particulier pour lui, puisqu’il s’agit de son 19 ème anniversaire. Et comme un symbole, il est inscrit dans le fameux « Fergie Time » contre un des meilleurs ennemis des Red Devils : Arsenal. Alors que les Gunners restent sur une série de 49 matches sans défaites, les Invincibles subissent la loi des mancuniens. (2-0) Le premier d’une longue série. En effet, Arsenal deviendra l’une de ses cibles préférées.

24 avril 2005 : 

Mené au score, malmené par James Milner qui lui réserve un traitement « spécial », averti par l’arbitre de la rencontre (son premier carton jaune en carrière), Rooney laisse sa frustration de côté en régalant les supporters d’une reprise de volée rageuse. Ce but, synonyme de révolte, remet Manchester sur les rails. Wes Brown arrache la victoire (2-1).

Saison 2006/07 :

Première couronne nationale pour le buteur anglais. Manchester a pu compter sur son petit prodige pour décrocher son seizième titre, le premier depuis 2003. Auteur de quatorze réalisations en championnat, il forme un redoutable tandem d’attaque avec Cristiano Ronaldo (17 buts). D’ailleurs, Rooney lui cède son double titre de meilleur espoir de la saison. Golden Boys.

12 février 2011 :

78 ème minute, c’est le moment choisi par Rooney pour inscrire l’un des plus beaux buts de la Premier League. Dans un derby mancunien disputé, 1-1 jusqu’alors, et important dans la course au titre, Rooney s’envole dans le ciel d’Old Trafford pour offrir la victoire aux siens (2-1) sur un centre parfait de Nani. Son retourné acrobatique du droit se loge dans la lucarne d’un Joe Hart impuissant. Un vrai instant de magie dans un stade en pleine liesse.

28 août 2011 : 

Encore une fois Arsenal a subi les foudres de Wazza. Une défaite des plus mémorables dans l’Histoire de la Premier League : 8-2. Les Gunners ont implosé à Old Trafford. Rooney inscrit son 150 ème but pour Manchester à cette occasion grâce à un nouveau « coup du chapeau », le sixième de sa carrière, grâce à deux coups francs et un penalty. Élu homme du match, il permet aussi à Nani de s’ajouter au scoresheet avec une nouvelle offrande.

10 septembre 2011 : 

Nouvelle écrasante victoire (5-0), cette fois face aux Wanderers de Bolton. Nouveau hat-trick pour Rooney. Il devient ainsi le 4 ème joueur de Premier League à en inscrire deux consécutivement. Mais ce n’est pas tout. Avec ces buts, il entre dans le top 4 des hat-trick Kings  du club à égalité avec Sir Bobby Charlton (7) mais derrière Denis Viollet (9), Jack Rowley (12), et Dennis Law (18). Une sacrée performance.

22 mars 2014 : 

Sous les yeux de David Beckham, himself, présent dans les tribunes d’Upton Park avec son fils Brooklyn, Rooney inscrit un but fantastique. Un lob en demi-volée, et en première intention, de plus de 45 mètres laissant Adrian, le gardien espagnol des Hammers sans réaction. Si ce n’est de tomber sur les fesses. Un geste de classe mondiale. Pratiquement la copie conforme du but marqué par le Spice Boy en 1996 sur le terrain de Wimbledon.

Juillet 2014 :

Après le départ du défenseur serbe Nemanja Vidić vers l’Inter Milan, l’entraîneur batave Louis Van Gaal décide de confier le brassard à l’emblématique buteur anglais. 10 ans après son arrivée au club, avec 158 buts au compteur en championnat, il est l’un des joueurs le plus ancien du vestiaire mancunien. Il succède à des joueurs tels que Roy Keane, Gary Neville, Steve Bruce, Bryan Robson ou bien … Eric Cantona. Une vraie consécration.

21 janvier 2017 : 

Stoke on Trent, 67 ème minute, Wayne Rooney pénètre sur le terrain remplaçant Juan Mata, auteur de l’ouverture du score pour … Stoke City. A la 90 +4, encore un clin d’œil à Sir Alex, le prolifique buteur rentre un peu plus dans l’Histoire. En égalisant d’un magnifique coup franc (1-1), il dépasse Sir Bobby Charlton et devient le meilleur buteur de Manchester United avec un total de 250 buts. LEGEND

Dimanche, lorsque Rooney foulera à nouveau la pelouse du Théâtre des Rêves, pour la première fois depuis 2004 avec un autre maillot que celui de Manchester United, nul doute que l’émotion sera à son comble. Face à l’armada de José Mourinho, leader de la ligue, l’ancienne gloire de MU va essayer de se rappeler aux bons souvenirs de ces anciens fans en leur jouant un nouveau tour. Mais quelque ce soit le résultat, personne n’oubliera tout ce que Wayne Rooney a apporté à ce club pendant les treize années passées ici. 

* Palmarès de Wayne Rooney avec Manchester United :

5 titres de Premier League, 1 FA Cup, 3 League Cup, 4 Community Shield, 1 Champion’s League, 1 Europa League et 1 Coupe du monde des clubs

559 matches, 253 buts