Share
Premier League: Liverpool dans la continuité

Premier League: Liverpool dans la continuité

Si la Premier League a explosé son record de dépenses avec un milliard et demi d’euros, Liverpool n’a pas été le plus dépensier pour renforcer son effectif. 92 millions d’euros (hors bonus) pour quatre joueurs, une somme raisonnable comparée à la folie du mercato estival. Et même si les Reds ont établi un nouveau record d’achat avec l’arrivée de l’Égyptien Mohamed Salah (42 millions) en provenance de la Roma, les dirigeants ont préféré miser sur la stabilité. Un choix payant au vu du bon début de saison de l’équipe de Klopp. Deuxième du classement avec 7 points sur 9 possible, Liverpool va maintenant se frotter au City de Guardiola en ouverture de la 4ème journée. Un premier gros test tant le match face aux Gunners a tourné à la démonstration. (4-0) Cependant beaucoup de questions restent en suspens. Comment Coutinho aura digéré son non départ au Barça ? Est ce que l’axe central est suffisamment armé alors que Van Dijk était grandement espéré par Klopp ? L’arrivée d’Oxlade-Chamberlain n’est elle pas trop excessive ? Autant de questions qui trouveront leurs réponses au fil de la saison.

Par Nicolas Wagner – Twitter: @friulconnection

Points positifs 

Malgré les velléités de départ de leur star brésilienne Philippe Coutinho, les dirigeants de Liverpool ont su rester fermes. Une position de plus en plus rare dans le football moderne. En dépit d’une cour effrénée de la part du Barça, Coutinho est finalement demeuré un Red pour la saison 2017/18. Une très bonne nouvelle pour le technicien allemand. Mais quel joueur va t’il retrouver après la trêve internationale ? Le Coutinho insaisissable, perforateur de défense ou le Coutinho discret voir absent lors de certains matches.

Autre bonne nouvelle pour les Reds : l’arrivée de Mohamed Salah. Devenant la recrue la plus chère de l’histoire de Liverpool, effaçant des tablettes Andy Carroll et ses 40 millions, l’Égyptien sort d’une très grosse saison en Italie où il a été très décisif. Avec 15 buts et 11 passes décisives, il a quasiment été impliqué dans un tiers des buts de son ancienne équipe. Sa polyvalence sur tout le front de l’attaque offre diverses possibilités tactiques pour Klopp. L’ancien coach du BVB pourra donc compter sur son quatuor d’attaque formé par Coutinho, Firmino, Mané et Salah. Un quatuor explosif.

Les arrivées conjuguées de Robertson et de Solanke donnent une profondeur de banc plus dense afin de doubler les postes d’Alberto Moreno et de Roberto Firmino, surtout vu la fragilité d’un Daniel Sturridge, souvent absent ces dernières saisons (seulement 46 matches de PL en 3 saisons). Le latéral gauche international écossais arrive en provenance de Hull City pour un peu plus de 8,5 millions d’euros. Le très prometteur attaquant anglais (Champion de la Coupe du Monde U20 et meilleur joueur de la compétition) a débarqué de Chelsea (fin de contrat) contre une indemnité de 3,25 millions d’euros, somme décidée par un tribunal.

Points d’interrogations 

LA priorité défensive de ce mercato était Virgil Van Dijk, le robuste défenseur néerlandais de Southampton, pour solidifier un secteur de jeu déficient. Encore sous contrat jusqu’en 2022, le joueur a effectué toute la préparation d’avant saison en marge du groupe pro. Le président des Saints, Ralph Krueger, a vite annoncé que son club ne le céderait pas. Van Dijk a pourtant demandé officiellement son transfert pour accélérer les démarches. Même verdict que pour Coutinho. Refus catégorique, assorti d’une amende équivalente à deux semaines de salaire. Et avec le départ de Mamadou Sakho vers Palace aux dernières heures de la Deadline Day, l’axe central n’est constitué que de Dejan Lovren, Joël Matip et de Ragnar Klavan. Vraiment insuffisant pour évoluer sur tous les tableaux. (PL, Cup, League Cup & CL). Il y a toujours la possibilité de faire descendre d’un cran Emre Can pour dépanner en cas de coup dur mais c’est uniquement une solution à court terme en attendant le mercato hivernal.

L’autre interrogation de ce mercato est l’arrivée d’Oxlade-Chamberlain. L’international anglais de 24 ans est transféré sur les bords de la Mersey contre un chèque de 38 millions d’euros (hors bonus). Une somme faramineuse pour un joueur libre en juin 2018. Trop souvent blessé, 513 jours d’absence depuis la saison 2012/13, assez irrégulier et trop peu décisif dans la finition, il n’a jamais marqué plus de deux buts par saison depuis son arrivée à Arsenal. Son passage chez les Gunners n’aura pas été une franche réussite. Choix du coach allemand, l’ailier de formation devrait être aligné dans le cœur du jeu, au milieu de terrain. Peu convaincant dans le rôle d’ailier, il ne l’a guère plus été lorsque Wenger l’a fait jouer au milieu du terrain. C’est un gros pari tenté par le technicien. Le joueur, lui, veut donner une nouvelle impulsion à sa carrière dans l’optique de la Coupe du Monde 2018.

Bilan

Le bilan des Reds, après trois matches, est positif. Second du championnat avec 7 points, ils ont bien débuté la saison 2017/18. La visite d’Arsenal a tourné à la correction (4-0). Liverpool a montré tout son potentiel offensif, en attendant le retour de Coutinho. Tous les joueurs offensifs se sont ajoutés au screensheet. (même Sturridge) Les deux premiers matches de la saison ont laissé quelques doutes quant à la solidité défensive. L’égalisation de Britos dans le temps additionnel (90+3) a privé les Reds d’une victoire inaugurale (3-3) dans un match plein de rebondissement. Puis, malgré une domination stérile (22 tirs), la réception de Palace (1-0) a montré des défaillances défensives non exploitées par un Benteke maladroit (pléonasme).  Mané a délivré le Kop et tout Anfield d’un but opportuniste suite à un mauvais dégagement de la défense londonienne. Sans trop de conséquences jusqu’à présent, l’axe défensif n’est clairement pas rassurant.

Le match contre City fait office de premier vrai test tant la victoire contre Arsenal ne peut servir de référence. Tout le problème pour Klopp va consister à trouver un équilibre entre l’attaque et la défense, deux secteurs diamétralement opposés. Si le technicien allemand parvient à bien équilibrer son équipe, les Reds peuvent devenir un outsider de taille. De bonnes augures pour fêter les 125 ans du club sous les meilleures auspices ?