Share

Angleterre – Three Lions et la qualif en vue

En tête du groupe F des éliminatoires pour la Coupe du Monde 2018 en Russie, l’Angleterre est en bonne position pour se qualifier directement. Invaincus, et avec un calendrier plutôt favorable, les hommes de Gareth Southgate ont su remonter la pente après un Euro 2016 catastrophique et le scandale Sam Allardyce, éphémère sélectionneur anglais. Avec la retraite internationale de leur meilleur buteur, Wayne Rooney, la Three Lions entre dans un nouveau cycle et espère enfin exister dans une compétition internationale. 

Par Nicolas Wagner – Twitter: @friulconnection

La débâcle

Nice, 23h, en ce 27 juin 2016, les supporters anglais sont dévastés. Emportés par un tourbillon venu du Grand Nord. Un tourbillon viking. La modeste Islande de Gylfi Sigurdsson, 36 ème au classement FIFA avant la compétition, est venue à bout de l’Angleterre, un des favoris du tournoi. Et pour cause, la sélection dirigée à l’époque par Roy Hodgson avait survolé les qualifications en réalisant un sans faute avec 10 victoires en autant de matches, le tout avec 31 buts inscrits pour 3 encaissés. Mais l’Angleterre s’est à nouveau montrée incapable de gagner un match à élimination directe dans un championnat d’Europe. Roy Hodgson démissionne peu après. Cette défaite est considérée par beaucoup, notamment Gary Lineker, comme la pire humiliation du foot anglais. Une vraie malédiction. De quoi avoir la gueule de bois.

La nomination controversée de Sam Allardyce n’a pas apporté le calme et la sérénité voulus par la FA pour oublier les récents déboires. Peu apprécié par le public, Big Sam n’est pas le plus « sexy » des coaches britanniques. Néanmoins avec une victoire pour son premier match à la tête de la sélection, 1-0 en Slovaquie pour le 1er match de qualifs pour la Coupe du Monde en Russie, la vox populi avait décidé de lui laisser le bénéfice du doute. Mais c’était sans compter avec le côté sulfureux (voir plus) du nouveau sélectionneur. Déjà impliqué en 2006 dans un scandale de corruption (cf enquête BBC Panorama), Big Sam est filmé à son insu par des journalistes du Daily Telegraph lui demandant des conseils pour contourner la réglementation sur la tierce-propriété contre rémunération. (cf les vidéos YouTube de Romain Molina pour en savoir plus sur le sujet de la TPO avec notamment l’excellent « House of Zahavi »). Après la parution de la vidéo, Allardyce est contraint de quitter son poste même si la police londonienne affirme que l’entraîneur n’a commis aucune infraction à proprement parler.

Le redressement

Échaudée par l’épisode Allardyce, la FA décide alors de confier la sélection à Gareth Southgate pour un intérim avant de se positionner définitivement sur l’identité du sélectionneur. Cette nomination est une petite surprise. Alors âgé de 46 ans, cet ancien défenseur international anglais (57 capes) passé par Crystal Palace, Aston Villa et Middlesbrough ne possède pas une très grande expérience sur un banc de touche.

D’ailleurs, lors de ces débuts sur le banc de son ancien club, Boro, où il a remplacé Steve McClaren parti prendre les rennes de l’équipe … d’Angleterre, il ne possède pas encore les diplômes nécessaires pour entraîner. Pour sa première saison, il termine 12 ème se payant même le luxe d’atomiser City (8-1). Puis, il se classe 8 ème mais la troisième année, il ne peut empêcher la relégation de son club après une série de 14 matches sans victoire. Malgré de bons débuts en Championship, il est licencié après une … victoire (2-0) contre Derby. Southgate connait une traversée du désert de quatre ans avant de rebondir avec les Espoirs Anglais. Si Southgate réussit à se qualifier pour la phase finale du Championnat d’Europe U21 de 2015, l’Angleterre fait un flop en finissant dernière de son groupe.

Après une bonne période d’intérim ponctuée par une victoire contre Malte (2-0), l’Ecosse (3-0) et des résultats nuls contre la Slovénie (0-0) et contre l’Espagne (2-2), les ibériques inscrivant deux buts à la 89 ème et 90+6,  il convainc ses dirigeants qu’il est l’homme de la situation et s’engage jusqu’en 2020 avec les Lions.

Malgré des défaites à l’extérieur en matches amicaux contre l’Allemagne (1-0) et la France (3-2), l’Angleterre a préservé l’essentiel, à savoir sa première place, avec une victoire face à la Lituanie (2-0) et un nul (2-2) dans l’enfer d’Hampden Park face à leurs meilleurs ennemis : l’Ecosse. Nul arraché à la 90+3 grâce à une réalisation de Kane.

Le calendrier à venir est très favorable pour l’Angleterre avec un déplacement à Malte, les réceptions de la Slovaquie et de la Slovénie et un dernier déplacement à Vilnus face à la Lituanie. De quoi envisager la qualification sereinement du côté de Londres. Cependant, la récente annonce de la retraite de leur meilleur buteur : Wayne Rooney (53 buts en 119 sélections) symbolise la fin d’un cycle. Peut être un mal pour un bien. Nous nous souvenons que l’Espagne fut sacrée à l’Euro 2008 après s’être passé de Raul, alors meilleur buteur de la Seleccion. (record battu par David Villa avec 59 buts) L’incorporation pour les prochaines rencontres d’éléments comme Pickford, Chalobah ou Maguire est l’illustration de ce renouvellement. La génération des Dele, Kane, Rashford ou bien Sterling va devoir assumer son nouveau statut de joueurs plein de talents et d’espoirs.

L’espoir, il en sera question si l’Angleterre obtient son ticket pour la Russie. L’espoir de voir enfin la Three Lions réussir à nouveau en Coupe du Monde. Pour les plus superstitieux, le but (fantôme) inscrit par Sir Geoffrey Hurst contre l’Allemagne lors de la Coupe du Monde 1966 a été synonyme de victoire, le seul titre majeur de la sélection mais depuis la malédiction dans les compétitions internationales est tenace. Hasard ou coïncidence, réponse en juin prochain si les hommes de Southgate se qualifient.